drenka au Mali: épisode 7 – Kani Kombolé

20051227.01

Nous arrivons à Bandiagara et traversons en bus des paysages arides, aux terres rouges, entrecoupés de champs d’oignons très vert qui sentent bon  la terre humide. Les femmes y travaillent, grâcieuses, cambrées, les fesses en l’air comme à leur habitude.

Les enfants ont presque tous le ventre gonflé de malnutrition, et une impressionnante hernie ombilicale.

Puis nous voyons le premier village Dogon, Kani Kombolé, qui est sur le plateau. Un groupe d’enfants nous vole dessus et nous tiens la main pendant que nous visitons le village.

Ogo nous montre la maison des menstrues, qui est réservée aux femmes qui ont leurs règles: elles y passent 5 jours sans sortir! Isolées, certes, mais aussi entre elles, à se reposer.

M. Etudiant manque perdre sa virilité en marchant dans un cercle interdit. Pour sa défense, les Dogons ont écrit en rouge sur une pierre « INTERDIT AUX FEMMES », et du coup, M. Etudiant ne s’est pas senti super concerné. Le pauvre homme maintient qu’il est passé au bon endroit, mais Ogo secoue la tête et fait une moue peu encourageante: il vaudrait mieux faire un ou deux sacrifices pour sauver ses coucounes de la malédiction.

Ogo pose en sage devant un baobab géant, il nous explique l’importance de cet arbre dans le culte Dogon.

Nous avons du mal à échapper à la poigne des enfants. Seul un bébé, harnaché au dos de sa sœur (qui doit avoir 4 ans!) , n’est pas fâché de nous voir partir: il hurle à chaque fois que l’un de nous l’approche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s