Le monstre du Marais

Le Chéri a lancé la phrase, comme ça, mine que rien. Alors que depuis 2 ans et demi, nous avons fait non moins d’un million de magasin au bas mot, cette fois c’est décidé, il allait acheter des chaussures, CET après-midi, voilà, PAF.

Or, tout comme en matière de décoration, le Chéri se révèle avoir des goûts parfois surprenant en matière de trucs à se recouvrir les fesses (ou les petits pieds) (ou le torse velu) (ou les cuisses musclées) (brèfle) avec. Il n’hésitera pas par exemple à poser une statuette moche en bronze d’une femme égyptienne nue et hébétée en dessous de ma lampe Bourgie de Kartell, comme il choisira un costume en velours bleu électrique qui associé à ses grosses lunettes rondes lui vaudra le surnom par Léa d’Austin Powers.

Mais cette fois, j’avais un plan. Quelles que soient les godasses qui emporteraient ses suffrages, j’allais les trouver EXTRAORDINAIRE, qu’on en finisse, putain, et qu’on ait le temps d’aller acheter mon fauteuil Louis XVI médaillon en peau de zèbre.

Malheureusement pour mon fauteuil et ma santé mentale, c’était sans compter sur Lui, le vendeur du magasin du Marais. Tapi dans son magasin, il paraissait immobile près des cabans marine. Mais il a bondi comme Néron et Brutus les alligators quand le Chéri a posé un orteil dans son antre, lui a saisi la main, et a demandé de ses nouvelles en l’appelant par son prénom (il avait révisé ses fiches, c’est pas possible, on est venu une seule fois l’année dernière, et même moi des fois je me rappelle pas son prénom) (oui oh ça va, hein, ça marche très bien quand je l’appelle « hé, oh, toi »).

Non pas que j’attendais la même démonstration de sympathie à mon encontre, mais là quand même, sans vouloir faire ma nombriliste, c’était un peu comme si j’avais été invisible.

Même pas vexée, je décidai de suivre mon plan à la lettre. Napoléon, mon Père et les bons joueurs de Tétris disent toujours qu’il faut coller à son plan, parce que si on change d’avis, après des fois, on a pas le temps de déplacer le carré jusque-là où il fallait, et ça fait des trous moches dans le Tétris, mais je m’égare (à tes fesses).

Le vendeur lui, avait un plan perso. Beh oui, parce que si on veut essayer des chaussures, il faut les essayer avec un pantalon, si on essaye un pantalon, il faut essayer une veste, si on essaye une veste, il faut essayer une chemise, si on essaye une chemise, il faut essayer une cravate, et puis pour casser l’image sérieuse du costume, il faut essayer le petit pull en cachemire, et pis alors ce qui vraiment irait bien, c’est la veste en cuir mi longue là, en plus ça tombe bien, elle est pile de la longueur des genoux de l’Homme (je veux dire qu’elle lui descend aux genoux, pas qu’il a des genoux d’1,20 de long, sinon ça serait trop pas pratique pour jouer au tennis), pis c’est la DERNIERE, même qu’il a fallu aller la chercher dans le magasin d’à côté.

Comme prévu, je me suis extasiée extatique sur les pompes, mais j’ai lancé incognito que pour le reste, c’était pas trop raisonnable, déjà qu’on avait perdu un temps fou à lui choisir des caleçons moulants en lycra à tête de mort rouge dans le magasin d’avant (oui comme ça, ça a l’air étrange mais 1. je vous avais préviendus ; 2. I got to stick to my plan ; 3. Avec ses fesses dedans, n’importe quel caleçon est une œuvre d’art).

Le vendeur s’est soudain intéressé à mon cas. Soudain, j’avais potentiellement une influence possible sur le choix du Chéri (le féminisme a fait des ravages). Soudain, j’avais des goûts très raffinés, mais par contre, c’est le Chéri qui gagne l’argent hein, s’il veut le dépenser il le dépense non mais.

Le magasin fermait à 19 heures. On en est sortis à 20 heures. Finalement, comme le Chéri était pas sûr pour la veste, il a pas pris le pull, du coup, il a pas pris la cravate, donc, il a pas pu prendre la chemise, du coup la veste non plus, mais il pouvait pas prendre le pantalon sans la veste, et il pouvait pas prendre les chaussures sans costume.

Non mais le plan du vendeur du marais, il est vraiment trop pourri.

Publicités

Septembre au rattrapage

Bon, je vous félicite pas bande de feignasses, comment vous avez rien fichu cet été sur le plan de la blogation, c’est scandaleux, j’ai eu des plainte de la police des blogs même. Oui oh et c’est pas la peine de pleurnicher à votre chômage, votre découvert, votre amoureux qui s’est barré en Papouasie Nouvelle-Guinée, votre cancer de la prostate et le décès prématuré de votre pot de Nutella; tiens moi aussi j’en ai des soucis et pourtant vous avez vu comment je suis trop sérieuse de la blogaison ? bon.

D’ailleurs, pour relever votre lamentable niveau, j’ai pris des notes cet été.

 

Vendredi 7 juillet

Lieu : Sud de la France, chez les parents, parents stupidement partis en me confiant la pérennité de la maison et la vertu de ma sœur.

Ai dû goûter 23 fois la caipiroska pour être sûre qu’elle était assez sucrée, vodkaisée, citronnée, glaçonnée, sucrée, citronnée, vodkaisée, citronnée, sucrée…Ai fini à 3 heures du matin, en train de regarder Braveheart dans la moiteur de la nuit d’été et les bras d’un éphèbe qui aurait pu être mon petit-fils. Heureusement, il s’en est pas aperçu, absorbé qu’il était par le bruit de ses ronflements. Ma sœur a disparu vers le moment ou le type s’enlève une flèche de la poitrine, même pas mal même pas peur des Anglais.

 

Dimanche 9 juillet

Lieu : Schaffhausen, Suisse, du côté où je ne comprends rien, mais où on vend des saucisses à l’entracte du cinéma, alors ça va.

Babysittage d’un nouveau-né affamé et énervé à la suite du carton rouge de Zizou. Ai dû chanter la Marseillaise toute la nuit en marchant en rythme. Ai éliminé tous les témoins visuels, y compris l’araignée, là.

 

Mardi 11 juillet

Lieu : Train de nuit Zurich  – Paris Est, 2ème classe, Si vous répétez à quiconque que je suis pauvre je vous élimine aussi.

Partagé mon wagon-couchette avec 5 japonaises. La Japonaise est trop gracieuse et raffinée. Elle sait se mettre en pyjama sous la couverture sans bruit et sans la faire bouger. De même que rester toute la nuit dans la même position. Elle se réveille pécab, le brushing aligné, la peau et l’haleine fraîche comme dans les séries américaines. Très humiliant dans ces conditions de se réveiller les cheveux tartinés dans le gras de pores du nez, maquillée comme un raton laveur aquatique, et d’apercevoir sa culotte moche qui gratte accrochée au deuxième barreau de l’échelle.

 

Vendredi 14 juillet

Lieu : Enghien les bains, la ville la plus classe de tout le 95-sud, tanière du Chéri.

Le spécimen viril a rédigé un contrat en se gratouillant les poils de coucouilles en téléphonant à Los Angeles en mangeant des esquimaux au citron trempés dans de la vodka en lisant l’équipe en dragouillant la poupée russe sur le tchat de yahoo.

Du coup, ai dû regarder le défilé du 14 juillet, puis « Le jour d’après ». Me suis grave tartie, sauf aux moments où j’ai pleuré, quand les loups meurent (c’est triste), et quand les chars Leclerc passent (les pavés des champs vont être tout enfoncés et que je risque de niquer le talon de mes bottes).

 

Dimanche 16 juillet

Lieu : En bas de chez mes parents, derrière la poubelle à droite.

Ai embrassé mon amoureux de CE2 sur la bouche. Suis partie me coucher en rêvant aux prénoms de nos 4 enfants et à notre maison de campagne dans le Lubéron. Ai plus jamais eu de nouvelles. Vais assigner en justice les scénaristes de Dawson Creek pour niaiserie patentée matinée d’atteinte à ma dignité humaine ayant entraîné des dommages psychiques avec séquelles corporelles (me suis tout gratté mes croûtes).

 

Mercredi 19 juillet

Lieu : Conseil des Prud’hommes de Paris.

Ai fait ma belle dans les couloirs en robe toute l’après-midi. Bu 54 cafés et mangé 4 sandwichs de distributeur option un peu de poulet dans gras de mayo. Finalement, les conseillers ont dit qu’il fallait revenir en février parce qu’ils se tâtent encore. La justice est un facteur de risque majeur de maladies cardio-vasculaires.

 

Samedi 22 juillet

Lieu : Le Budha Bar (non mais surtout, dites rien à mon banquier hein).

Ma femme est à Paris avec ses copines anglaises. Elles ont dit le mot «Delicious» 23 fois, le mot «Amazing» 34 fois, et le mot «Cuûûûûûûte» 65437 fois. En France on mange trop bien dans des décors trop beaux avec des mecs trop mignons.

Trop dommage, j’ai pris des sushis.

 

Samedi 29 juillet

Lieu : terrasse du barbecue, chez mes parents

Mon père aura 28 ans dans 3 jours. Pour fêter ça, un petit malin a ressorti les cassettes de quand j’avais 10 ans et que je faisais des spectacles de danse classique avec un tutu bleu et une cape. Ai éliminé tous les témoins visuels dont moi-même par overdose de pizzas mozzarella (24 parts).

 

Mardi 1er août

Lieu : Salon-salle-à-manger-bureau-canapé à Enghien

Fête nationale suisse. Pour fêter ça, ai téléchargé puis regardé 24 épisodes de Desperate Housewives saison 2, puis 24 épisodes de 24h, saison 5. Sait enfin qui est cette Brie (de meaux) machin dont tout le monde me parlait tout le temps là. Suis trop parée pour cancaner avec les collègues devant la machine à café. Trop dommage, ai pas de boulot, donc pas de machine à café.

 

Samedi 5 août

Lieu : La Yaris du Chéri

Ai fait : Enghien – Conflans – Conflans – Porte Mayot – Porte Mayot – Darty place des Ternes – Arrêtage pour cause de pas eu le temps de mettre la ceinture à cause de la pression au démarrage -Négociation avec flic mit larmes circonstanciées, comme quoi ils vont rater ma vie et tout – Place des Ternes – Rond-Point des Champs Elysées pour déposer Chéri au métro– Rond-point des Champs Elysées – Chez moi – descente de voiture -Gare Saint-Lazare – Gare de Lyon.

En 1 heure 15.

Ai pleuré ma mère en arrivant dans le TGV. Penser à arrêter les clopes et la mayo et à me racheter un poumon droit.

 

Mardi 8 août

Lieu : Un stade de foot, à Nice, à 26534 km du parking de l’aéroport où j’avais garé la voiture pour la modique somme de 30 euros

Mick Jaegger m’a donné rencart à moi-même personnellement pour me pousser la chansonnette en cueillant des brins d’herbes. L’affaire s’est ébruitée et me suis retrouvée au milieu d’une foule imbécile de 83974 milliards de gens. Heureusement, Mick, tel le Mc Gyver en rut, a déplacé la scène vers moi pour que je puisse mieux le voir, m’a envoyé un coup de langue chaud comme une baraque à frites, et a mis le feu à la scène en me disant «Just call me Lucifer ». Me demande s’il aimera les prénoms que j’avais choisis pour les enfants de mon amoureux de CE2.

 

Vendredi 11 août

Lieu : Bilbao, musée Guggenheim

En l’an de grâce vers y a 70 ans (un mardi ?), la Grand-mère de Franck O. Gehry rentre du marché avec des poissons vivants dans les bras, et les met dans la baignoire pour pas qu’ils s’ennuient avant de se faire paner la gueule. Le petit Franck les observe d’un œil chafouin et décide qu’il fera des maisons en forme d’écailles de poisson. Comme il est très joueur, il construit le Walt Disney Concert Hall à Los Angeles, le Team Disney Building d’Anaheim et le Disney Village d’Eurodisney. Le Guggenheim, ça ressemble à ça:

 20060916

Ça donne un peu le vertige tellement ça tue. Nous les gens qui aimons Disney, please allow me to introduce ourselves, we’re men of wealth and taste.

 

Dimanche 13 août

Lieu: Une maison d’hôte du Gers

Ca y est, c’est l’hiver, on mange une omelette aux pommes de terre à la graisse d’oie devant un feu de cheminée.

 

Lundi 14 août

Lieu : Sur la balance de la salle de bain.

Ma sœur enlève son slip et monte en tremblant sur l’infernale machine. Et là c’est le drame. La sentence tombe de la bouche de Vivienn comme le couperet froid et meurtrier de la guillotine. A pu, Lindt, a pu Nutella, a pu pizza mozzarella. A même pu, brugnons et spécial K. Un demi-concombre par jour, sans sauce pendant une semaine. PAF.

 

Vendredi 18 août

Lieu : Bureau de mon père.

Viens de passer 2 nuits blanches à rédiger mon dossier de plaidoiries (comment ça fallait s’y prendre avant? Bouffez un demi concombre par jour et pis vous m’en reparlez après, ok ?) quand la contradictrice m’annonce qu’elle est à l’hôpital pour mettre bas et que la plaidoirie sera renvoyée. Les gens ne respectent plus rien. Suis cernée par les poules pondeuses en plus.

 

Lundi 21 août

Lieu : Cuisine familiale.

Ma sœur arrive à faire rentrer l’intégralité de tout son gras dans un jean taille 26. Nutella is back.

 

Jeudi 24 août

Lieu: Devant l’ordi, l’œil vide (le gauche).

a n g e l a annoncé qu’elle était peut-être paraplégique (oui bon ça va moi aussi j’ai des problèmes hein) et surtout, surtout, que sa connexion Internet était coupée. Ai fait une tentative de suicide à l’overdose de Quality Street.

 

Lundi 4 septembre

Lieu : Engain aghien

Frédéric Beigbéder a une barbe. Du coup, ai commandé sur amazon les 3549 livres qu’il a conseillés. Vais finalement l’épouser au lieu de l’éphèbe de 2 ans et demi, de mon amoureux de CE2 et de Mick Jaegger. Doit juste éliminer Laura Smet avant. Trop facile.

 

Jeudi 7 septembre

Lieu : Eurostar.

Ai avancé ma montre. Avais 29 ans ce jour (AARGH). Mais en Angleterre, avais une heure de moins.

 

Samedi 9 septembre

Lieu : Tottenham Court Road, London

Décidons avec ma chérie de relooker la maison de son mec pour lutter contre notre dépression (ouais ben hein on a des soucis hein, en plus le mois de septembre, c’est comme un lundi géant un peu). Flashons sur un lustre à pampilles noir sado-maso, un fauteuil Louis XV argenté recouvert de vinyle noir (et voulons lui ajouter des piercing), et son homologue doré recouvert de poils de zèbre. La dépression est plus grave que ce qu’on pensait.

 

Lundi 11 septembre

Lieu : Rue Royale, bureau d’un chasseur de tête.

Avais mis mes bottes les plus douloureuses, un pantalon à pinces noir, et une veste de ma femme pour laquelle il a fallu l’éliminer (ma femme, pas la veste). Le recruteur m’a indiqué que j’étais dans un milieu très parisien et qu’il était temps que je songeasse à m’habiller correctement. Et à me coiffer aussi. Vexée, c’est juste le prénom.

 

Mardi 12 septembre

Lieu : Canal+ de foot et – de cinéma.

5-0 pour le Barsa. Je vais prendre cher.

 

Samedi 16 septembre

Lieu : Bureau de mon père.

Termine le post le plus long de ma carrière. Mais peux pas le mettre ne ligne vu qu’après un mois d’absence, on m’a fermé l’accès à mon site ftp. Vais tous les éliminer.