drenka au pays des kangourous: épisode 11 – Mais où sont les Okapis?

Encore un départ aux aurores, pour voir les Gorges de Glen Helen (7)  et d’Ormiston (8), le long de la route de Namatjira. Ca fait longtemps que je vous ai pas gonflés avec ma carte, nan?

20080608.02

Instructions spéciales de Miguel: Faut pas mettre de Chanel no 19, rapport aux wallabies des Roches qui les habitent et qui ont un petit nez sensible. Me demande si entre Chanel numéro 19 et l’odeur de mes chaussettes de camping, les wallabies des roches préfèrent vraiment ces dernières mais enfin BREFLE.

Les Gorges sont un alignement de belles roches (de quartz?) jaune, orange et rouges, autour d’un lac (Ormiston Pound – le plus profond du Parc des West Mac Donnell). Les géologues pensent qu’il s’est passé quelque chose de particulier (j’ai dit déjà que je suis une quiche en géologie ou pas?) et que ces rochers rouges étaient beaucoup plus loin mais ont été précipités ici avec force: On voit deux couches de roches de deux couleurs distinctes, et Miguel, avec la poésie qui caractérise les Australiens, dit que c’est comme un hamburger géant (une tranche rouge de viande entre des tranches jaunes de pain). Nous suivons la piste (de feignasse qui dure 20mn seulement) de Ghost Gum Lookout. Le Ghost Gum (Gommier fantôme) est un arbre de la famille  des Eucalyptus – Eucalyptus papuana : Il a un beau tronc blanc qui lui vaut son nom de fantôme. Les Aborigènes en extraient la gomme (résine)  pour soigner leurs bobos: on fait tremper dans l’eau pour la rendre molle et collante, puis on l’applique sur la peau pour désinfecter.

Et j’avais raison, wallabies ont sûrement été terrifiés par l’absence de Chanel numéro 19 (cet article n’est pas sponsorisé) et ne se sont pas montrés. Les autres en ont bien aperçu un ou deux de loin, mais moua, miro comme je suis, z’a rien vu du tout ma pauvre Micheline.

20080611.05

.

Puis nous partons pour les Ochre Pits (mines d’ocre) (9). Vivienn, qu’a fait pas mal de progrès en accent australien, me dit « Ah bon?  Je savais pas que y avait des okapis en Australie. »  Les Aborigènes s’approvisionnent en pigments ici depuis la nuit des temps, seuls ceux qui y ont été formés peuvent l’extraire. Mélangé à du gras d’emeu, l’ocre  fait de la bonne peinture pour s’enduire le corps pour les cérémonies. L’ocre rouge protège aussi le bois des lances des termites:

20080611.07

.

Les ocres vont du jaune au brun en passant par l’orange, mais je ne les trouve pas aussi spectaculaires que nos bonnes vieilles ocres de Roussillon. Mais je sais pas si je suis objective, vu que Roussillon c’est quand même un souvenir d’enfant:

20080611.03

Là c’est ma sœur et moi à Roussillon (note qu’à 14 ans, j’étais déjà mal barrée pour devenir blogueuse mode)

Après ça, BARBEUC time ! Avec des vrais burgers australiens (i.e. MIT des tranches d’ananas en boite), z’en ai mangé à peine 4. Très raisonnable. Et puis on repart. Il y a un peu de route, on peut faire la sieste, Miguel nous berce avec un peu de Pink Floyd, entre ça et le festin que je viens de me taper, autant te dire que j’ai écrasé, BIG TIME (pas vu grand chose du reste de la  route de Namatjira).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s