J’ai recommencé la gym, HAHAHAHAHA (NOT)

A force de me piquer aux hormones tel le poulet moyen, mon double-menton a légèrement doublé de volume et il me faut un treuil pour monter les escaliers de la maison.

Du coup, j’ai tenté la gym du bureau (moitié-prix, un demi-rein seulement, profitez-en!).

.

  • Avantages: Au bout de 2 séances, j’avais déjà le cuissot tout dur et tout musclé. C’est rapport au prof de body-pump qui ressemble à un guerrier massaï, surtout ses ptites fesses. Par exemple, il se tourne, et il vous montre comment il faut les contracter en rythme sur Massive Attack  (J’AI PAS BIEN VU, TU PEUX REFAIRE?). Du coup, j’ai pas osé tomber dans les pommes ou m’enfuir après 10 minutes (quand mon rythme cardiaque a atteint les 380 battements par minutes au bas-mot), parce que j’avais trop peur de le décevoir.

.

  • Inconvénients: J’ai pris conscience que Mémé, 83 ans, a un meilleur cœur que moi. Et que Poupouffe, 23 ans, 1,80, 42 kg, doit prendre de la coke pour tenir sans broncher au cours de spinning, je vois pas d’autre explication (la drogue, c’est moche). En outre, en sortant mercredi soir, mes jambes m’ont un peu dit, à leur façon, d’aller me faure cuire le tutu avec le sport. Je suis pas tombée. Marcher, ça allait encore. Monter, ça allait encore (j’aurais pu demander une péridurale mais j’ai géré). Mais quand j’ai essayé de descendre les escaliers, autour des genoux ça s’est mis à trembler et à partir dans tous les sens. J’ai dû m’asseoir avec ma petite robe noire sur les marches du métro au jus de chaussures de gens et descendre sur le fondement marche par marche.

.

Dignotosity at all times.

Not.