Je pense suspendre ma carrière de blogueuse gastronomique de voyage

Là, on revient d’un week-end à York (York hein, pas New-York). Et on repart à Venise Dimanche matin, en so-called « babymoon ». C’est apparemment comme ça qu’on dit ici quand POUR LA DERNIERE FOIS DE NOTRE VIE, on part en namoureux pour juste faire du sesque et se beurrer la gueule mais sauf qu’on remplace le vin par de la Gelati.

Bon, je vais pas me plaindre d’aller à Venise, hein, ouh làlà.

Mais je stresse aussi parce qu’autant dire qu’à York, c’était pas exactement le summum du romantimse et du sesque débridé. Bon, il faut dire que York, c’est pas exactement la même atmosphère qu’à Venise, à la base. C’est une ville du nord de la Britonnie, où aux temps de jadis, ils ont pas arrêté de brûler des sorcières et de massacrer des juifs pour passer le temps entre deux messes. Et du coup maintenant, ils se tapent des fantômes assoiffés de vengeance et de sang aux quatre coins de la ville.  Ambiance.

Je vous cache pas que le problème du Yorkshire, c’est quand même que la Fée Gastronomie a oublié de se pencher sur leur berceau. OU ALORS, elle s’est trop penchée et elle est tombée directement dans la friteuse. Je sais pas.

Le fait est que des bières dans des pubs hantés, ça, y en avait. Mais pour trouver un resto, bin accroche-toi, Micheline. Samedi, après avoir fait 3 fois le tour de la ville (à pied et à ventre géant, je rappelle), bin on a atterrit dans un resto de barbecue de saucisses. Quand on est rentrés chez le copain de Dawling qui nous hébergeait, par voie de conséquence je les ai laissé évoquer le bon vieux temps et je suis allée m’autocombustionner l’œsophage dans le lit. TOUTE LA NUIT.

Le dimanche, il fallait goûter la spécialité locale: le Yorkshire pudding. C’est un genre de pâte à crêpe salée, qu’on fait cuire au four  – ça monte et ça fait comme un gros soufflé avec un puits au milieu, comme un vol-au-vent, et comme ça on peut garnir de gravy (du jus de viande) avant de manger. En temps normal, c’est mon truc préféré du Sunday Roast. Mais c’était sans compter la Fée Yorkshire de la Gastronomie et la teneur en gras du bouzin.

Dans le train du retour, Skips, il était pas content, non non non. Je le sentais bien, il a eu un hoquet violent et persistant pendant tout le trajet. Mais il a été cool, il a attendu que je passe la porte de la maison pour me signifier son mécontentement. En filant un grand coup de latte à mon estomac sans préviendre, que j’ai même pas eu le temps de me rendre dans la pièce adéquate ni même à l’abri du regard médusé de Dawling : J’ai rendu   mon Yorkshire pudding MIT gravy avec une portée de tir de 3 mètres, que j’en avais jusque dans les sourcils et que je me noyais de l’intérieur du nez.

.

Alors j’espère que c’est la nourriture du Nord de l’Angleterre qui l’a chiffonné (qui ne le serait pas hein), et que les spaghettis de Venise, ça passera mieux.

J’ai fait des recherches archéologiques sur Internet et vu que il fallait que je me mette en quête de Mopral, mais quand j’ai parlé du Mopral local (Losec ça s’appelle ici) au GP, on m’a regardé comme si je demandais une bonne pipe d’héroïne – il me reste le Gaviscon et le sirop de menthe, ouééé.

Tu t’emmerdes pas, s’il est noir, tu l’appelles Noiraud, pis s’il est blanc, tu l’appelles Blanquet*

*Conseil pratique de ma cousine Laura quand j’étais désespérée de pas trouver de nom pour mon futur bébé chat

 

Je suis dans le marasme le plus total en ce qui concerne le futur patronyme de Skips.

  • Dawling aime rien (si ce n’est les noms des Beatles, John, Paul George, mais heureusement pas Ringo)
  • Il faudrait que Vivienn et mes grands-parents qui parlent pas Anglais puissent prononcer son nom correctement, et que ça soit à peu près pareil dans les deux langues i.e. ils nous faut un nom sans  R, AN/EN/IN par exemple.
  • Il reste les noms courts Max, Tim, Sam. MAIS je préfèrerais appeler mes chiens comme ça plus tard. Oui car plus tard, quand je serai grande, j’aurai une grande maison avec 8 chats et 3 chiens. Au début j’avais pensé 8 chats et 6 enfants, mais on dirait bien que pour les enfants, y a une libellule taille XXL dans la soupe de navet.
  • Y a un nom que j’adore mais ici c’est un nom de fille + d’actrice porno – Parfait Micheline.
  • Mon frère,  qui est toujours obsédé de Star Wars (pour info, son fils s’appelle Ben [Kenobi],  Luke – TRUE STORY) propose Ian, Lucas, voire Chewbaca, merki pour tes conseils, Roger.
  • Il faut un nom quand même un peu classique pour ma Mamie Nova, vu que j’ai un cousin qui s’appelle Milo, bin y a pas moyen. Elle l’appelle Lilo, Limo, Moli, ou Lomi mais jamais le bon ordre, son cerveau bloque.
  • Y a quand même UBER beaucoup de prénoms anglo-saxons qui sonnent comme Jean-Kevin ou George- Brian hein. Dans le quartier, y a tout le casting de Beverly Hills. 
  • Je viens de relire l’Odyssée (nan mais c’est parce que sinon j’ai peur que Skips me fasse une interro écrite en sortant et qu’il découvre que sa mère est une brèle en littérature qui avait jamais lu l’Odyssée, la honte). Du coup j’aime Achille et Ulysse,  mais ça existe pas du tout ici. Dawling et Mamie Nova ont été consternés par cette idée.  Dans le même registre,  y avait aussi Tristan (Achilles et Tristan = Brad Pitt MIT cheveux longs tout nu et messant = mioum) mais pareil, ils étaient à deux doigts de me  filer un sédatif.
  • Je pourrais demander à la petite cousine ce qu’elle en pense? Des fois, les zonfents, ils ont des bonnes idées – bon et des fois, ils appellent leur chat Marie-Cœur-Etoile-Brillante mais brèfle.

 

J’ai une copine qui du coup a accouché jeudi dernier et son bébé a toujours pas de nom. Le genre de truc qui pourrait trop m’arriver je sens. ET J’AI PEUR LES GENS.

Spécialité maison: Le nichon au camembert

Samedi, pendant que je m’épluchais le nichon en regardant Saturday Kitchen  – rapport que dis donc, quand on a pas Internet, on a plein de temps pour s’éplucher le nichon, s’épiler le sourcil unique et les pwal des orteils, se faire les points noirs, tout ça – je me suis aperçue qu’il y a du lait qui me sort de mon intérieur. C’est nouveau ça. Après, ça sèche et ça fait des croutes de Compté un peu. Dawling, sur le coup, m’a dit : C’est normal, chérie, c’est dans ta culture de faire du fromage.

Mais à la séance de poney suivante, j’ai senti qu’il était dans l’insouciance sur le point de m’embrasser le nichon quand SOUDAIN, l’image de la croute de fromage se rappela à lui : Il a eu un mouvement de recul, et hop, il a opté pour l’approche non frontale. Super l’impression d’être une vielle usine de croûte de fromage. Je vous rassure, je sens quand même très bon du nichon hein,  je me huile à l’amande douce toute la journée parce que j’ai peur qu’ils éclatent comme des vieux melons.

Mais enfin, pour trouver une position, où Dawling est placé à une distance d’au moins  30cm de mes seins, c’est un peu le tétris sessuel dans ma tête. Je viens de lire un livre ou le type dit : baiser au 7ème mois, c’est un peu comme essayer de faire rentrer un mountain bike dans le coffre de ta mini. Bin on en est pas loin, sauf que j’ai ai peu plus de place dans le coffre vu que je suis qu’au 6ème mois.

J’espère au moins allaiter pendant des années.  Si j’ai pas de lait, vraiment, je vais me plaindre, avec les 8 kg que je porte de chaque côté, REMBOURSEZ.

Hum. Too much information là, ou ça va ?