La naissance, ce moment unique. TA GUEULE CHANTAL

Ca fait une semaine que nous sommes 3, avec un petit Wombat tout neuf.

Et vous vous rappelez quand Florence Foresti parle de la boucher… euh, du bonheur que c’est un accouchement? Haha, moi je me disais, encore une qui a pas lu Chantal Birman, pffff, la pauvre.

Hum. Alors je pense que je vais revendre le livre en fait, voire demander à Chantal de bien vouloir me REMBOURSER. TOUT DE SUITE.

.

Moi on m’avait dit: Tu vois, dans les films, les accouchements c’est nul. D’abord la fille, elle perd les eaux, après elle se met à hurler de douleur, elle fonce à la maternité dans un taxi, pis elle accouche dans des douleurs insupportables. Sache qu’on perd pas les eaux, c’est un effet de cinéma, et que la douleur, c’est très progressif et si on a pas peur c’est très supportable, voire agréable pour certaines femmes. Ah bon? Ca tombe bien, moi j’ai trop pas peur, haha, comment je vais trop accoucher facilement en 5 mn avec le brushing impeccable.

.

Samedi matin, je me réveille, il fait un temps merveilleux. Premier jour du congé maternité, et avec Dawling, sachant que peut-être faudra attendre quelques jours après la naissance (HAHAHA) avant de pouvoir de nouveau se faire un pti tour de poney, hop, on tente. ERREUR. Bon, mais c’est pas grave, rien n’entamera ma bonne humeur, même pas cette impression d’avoir eu une décharge électrique de 453 volts dans le fondement. On a réservé un bon resto où on a nos habitudes. Je commande une côte de veau à la Normande car il fait jamais trop chaud pour la crème fraiche d’Isigny. Je mords dans la première fourchette avec bonheur quand soudain, quelqu’un allume un tuyau d’arrosage PILE entre mes jambes, et les pieds de la table, les chaussures de Dawling, et la moitié du sol du resto se retrouvent inondés. Pas besoin de lancer des recherches archéologiques, la fuite vient de Skips. Faut rentrer à la maison et vu l’état de la pièce, je dois abandonner mon assiette (et on reviendra pas dans ce resto avant quelques années hein) (on portera une perruque blonde et des lunettes noires aussi) (j’espère qu’ils feront toujours de la côte de veau à la Normande).

Arrivés à la maison, on jette deux serviettes et une chemise de nuit dans une valise (les pyjamas pour le bébé, on en a deux ou trois, mais ils sont pas secs je viens de les laver ce matin, hum), et on saute dans un taxi, non sans m’être momifié le tutu pour limiter les dégâts des eaux, NE NIE PAS CHANTAL, LES GENS PERDENT LES EAUX.

Quand soudain, dans le taxi, j’ai l’impression qu’une porte de métro se referme brutalement sur mon ventre et mon bas de dos. J’ai tellement mal que je me dis, la crème fraiche d’Isigny avait tourné, je suis en train de mourir d’un empoisonnement, ou alors je me suis cassé la colonne vertébrale sur ce brise-vitesse, je sais pas, mais en tout cas, je meurs là. Je me mets à hurler, NE NIE PAS CHANTAL, C’EST A HURLER.

Comme j’ai la colonne vertébrale en miettes, je suis paralysée, et Dawling doit me porter dans la salle d’attente de la maternité. Pendant que je hurle. POUR LES MOUVEMENTS LEGERS DU BASSIN QUI ATTENUENT LA DOULEUR, JE PEUX BIEN ME BROSSER CHANTAL.

Et là moi, bêtement, je croyais qu’en arrivant, mon calvaire serait fini, vu qu’on est au XXIème siècle tout de même. QUEUDALLE CHANTAL. Vu que les sages-femmes, elles ont dû lire le bouquin aussi. Et donc elles me caressent la main en disant: Mais non mais non, Madame, c’est rien, ça va passer, vous vous en sortez très bien. La contraction va passer là. Bougez un peu pour voir? Alors bin LA contraction dure depuis une heure, et je vous rappelle qu’avec ma colonne vertébrale cassée, je vois pas tellement comment je peux bouger.

Et là CHANTAL, TON CM DE DILATATION PAR HEURE, bin il est JAMAIS venu. Après 7 heures comme ça, à constater que tout corps à la colonne vertébrale brisée ne se répare pas par magie quand on se met à 4 pour le coller dans un bain, et à me répéter inlassablement « you’re doing very well love, you’re doing very well » pendant que moi je hurle, force est de constater que j’étais toujours PRESQUE à 1.

A ce stade, Dawling, mon sauveur, est allé arpenter les couloirs jusqu’à ce qu’il tombe sur une sage-femme innocente qui avait une ampoule de morphine à la main (car mais non mais non, on peut pas faire de péridurale, rien n’a encore commencé là, Madame, reprenez-vous). La morphine? Ce truc qui fait qu’on romit tout ce qu’on peut, qu’on reconnait plus sa mère et qui abrutit le bébé? MAIS VAS-Y PLANTE LA MOI DANS LA CUISSE CHANTAL. NOW.

Bénie soit la morphine. J’avais quand même un peu moins mal, pis trop sommeil pour hurler, et ENFIN, il y a eu du progrès, ce qui fait qu’après trois heures, ENFIN, l’anesthésiste a pu faire son œuvre. J’ai été sau-vée. Enfin, j’ai cru. J’ai cru que j’en avais assez bavé pour mériter de rencontrer enfin mon Skips et d’oublier instantanément ce calvaire. On est samedi soir, il est 22 heures, et encore une fois, TU M’AS ENDUITE D’ERREUR, CHANTAL.

A suivre…

Publicités

Une réflexion sur “La naissance, ce moment unique. TA GUEULE CHANTAL

  1. Pingback: Rends-moi ce vieux mégot et reprends un Quality Street | Orange Drenka

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s