Apocalypse now dans mon salon

Je vous écris pendant que Dawling s’affaire à ranger notre pauvre appartement post-apocalyptique: Aujourd’hui c’était notre tour de recevoir chez nous le groupe des French Mums pour l’afternoon tea, MIT leurs rejetons en pleine force de l’âge.

C’est là que j’ai bien vu que maitresse d’école, en fait, c’est un métier qui s’improvise pas tellement. Et même quand on prépare un truc, je sais pas comment les gens font pour que tout aille according to the plan. Parce que pour moi: NOT. J’avais prévu ds millions de crayons de couleur en titane incassable non boulottable, avec les feuilles de couleur qui vont bien. J’avais prévu des feuilles noires, et découpé des triangles de toutes les tailles et de toutes les couleurs dans des feuilles de mousse autocollantes, l’idée étant de coller les seconds sur les premières pour faire des sortes d’œuvres d’art contemporain *HAHAHAHA*. J’avais sorti les légos et les puzzles. Et j’avais fait un gâteau génoise au citron qui tâche pas et fait pas trop de miettes (sauf si vraiment, on s’applique).

Comme de bien entendu, ces petits enfoirés ont boudé mes activités Montessori *HAHAHAHA bis* pour:

  • Boulotter tous NOS cupcakes de grands et de lusque MIT étaler le délicieux glaçage en ganache au chocolat sur les murs blancs (HEUREUSEMENT qu’on a pas commencé à repeindre, pfiouuu).
  • Faire des glissades en chaussettes sur le parquet avec élan et se manger le coin de la table une fois sur deux: Il y en a même une qui y a planté une dent et qui par conséquent a mis du sang partout. Parait que pour les taches de sang, en plus, on peut même pas les engueuler. Tout se perd, ma pauvre Josiane.
  • Se vautrer en couple dans le lit du Wombat. Notez qu’avant leur venue, j’avais TOUT javellisé dans le moindre recoin, enlevé chaque petit mouton non règlementaire, et même vidé les corbeilles à jouets, aspiré l’intérieur et trié les petits bouts cassé pour que personne ne s’étouffe avec, puis passé les peluches à la machine avant de tout remettre. Mais dans mon ménage minutieux, j’ai oublié un minuscule détail: le lit du Wombat. Or le lit du Wombat, on y change les draps chaque fois qu’il nous tombe un œil, puisqu’il y a jamais mis un orteil. Ou alors, pour *bouquiner, Mummy!* i.e. raconter des histoires à ses ouatures chéries, tout en grignotant du raisin, des fruits secs, des babybels et autres biscuits mietteux dont le chocolat a fondu dans ses petites menottes potelées. C’est à dire qu’il y avait à boire et à manger dans ce lit. Il y en a un qui a trouvé une vieille patate germée et qui l’a goûtée: Hummmmmm, it’s yummy maman de Wombat, c’est toi qui l’a fait? Oui voilà. N’oublie pas de te laver les dents ce soir, hein, quand même.
  • Retrouver au fin fond de sa cachette le garage du Wombat qu’on avait planqué. C’est rapport du 8,000 décibels à la minute qu’il produit et à l’absence de bouton off, en collaboration étroite avec le fait que chaque partie (station de lavage, réparation,  station essence, parking, toboggan etc…) est libre dans sa tête. Et chante à tue-tête. EN MEME TEMPS QUE LES AUTRES. Je pense que le jouet a été mis au point par le KGB chinois à des fins de torture, autrement je vois pas. C’est à dire que même une fois la bande de petits effrontés partis, l’après-midi de folie continue. Super.
  • Entre deux activités éducatives, faire des séances collectives de pot / toilettes, voire les deux en allant de l’un à l’autre. Tout en continuant de faire pipi hein, si vous croyez que c’est facile de s’arrêter en plein milieu. Ma salle de bain, c’est un peu la Nouvelle-Orléans après Katrina.

.

Brèfle, une après-midi des plus relaxantes autour d’une tasse de thé, voyez? D’ailleurs, va falloir que j’aille porter secours à ce pauvre Dawling. Il range un mug, il fume une cigarette. Il met une assiette au lave-vaisselle, il boit un verre de vin. Il essuie de la confiture de fraise sur le mur blanc, il prend un Xanax. Il emballe le reste de scones, il tente de se pendre à la gazinière.

A ce train-là, il aura jamais fini quoi.

Happy yummy mummy day!

Si je regarde à droite, je vois Dawling en train de dire que des gros mots à en cracher son IPA vu que l’Italie est en train de marquer des essais contre la Britonnie au tournoi des 6 nations.

Si je regarde en face, y a mon lave-linge qui sonne stridemment toutes les 3 minutes pour me dire que le cycle est fini. C’est un lave-linge allemand, voyez. Loin de moi l’idée de vouloir perpétuer des clichés pourris mais il est pugnace le gars, il me rappelle un peu copine suisse-allemande. Y a pas de procrastination qui tienne.  Tant que je suis pas allée lui débrancher la tronche, vous pouvez être sûrs qu »il va continuer à me vriller le tympan avec VIELE rigueur.

Si je regarde à gauche, y a un bébé couché, face contre parquet tellement que la vie, elle est trop pô juste, qui geint  Maaaamaaaaan. C’est vrai, c’est digoulasse, pendant 3 minutes, je fais autre chose que faire l’esclave d’enfant rouleuse de taxi décolleuse d’autocollants récalcitrants baisseuse de slip pour un T’as fait pipiiiii? BRAAAAVOOOOO WOOOMBAT! Est-ce que ça compte que je viens de passer 45 minutes pliée en 6 dans son mini-lit, à lui apporter 3 bibs à la suite, lui laisser me ploter les nichons de ses mini-griffes acérées pendant qu’il boit, à lui lire 4 histoires et à lui chanter environ 23 fois *Twinckle twinckle little star*? => NAN.

.

.

ALORS QUE EXCUSEZ-MOI DE VOUS FAIRE SIGNALER, mais c’est la fête des mères anglaise aujourd’hui. Je suis gâtée, hein?

Le Wombat, petit food explorer

Dans ma quête éternelle de maternité parfaite (hum), le mardi et le vendredi, quand je travaille pas, je cherche pour mon Wombat des activités épanouissantes et enrichissantes – pour eux au niveau de ma carte bleue fumante surtout. C’est pas facile, vu que généralement, à côté d’une bonne sieste des familles de 14h à 17h, y a peu de choses qui font le poids en ce qui le concerne (brave garçon).

.

Aujourd’hui, on en a essayé une nouvelle: Les Little Food explorers = Les ptis explorateurs de la bouffe. Oui, bon, j’aurais pu l’inscrire à la gym hein, mais chacun ses priorités, voyez? En plus, pour la gym, faut que la mummy se mette en jogging. EN JOGGING.

.

Le principe c’est que l’animatrice, une ptite Anglaise bien courageuse, joue à la guitare et chante des chansons sur les fruits, légumes & consorts, avant de faire goûter des trucs à une troupe de ptis wombats de 18 mois à 4 ans.

.

Au début, tous les enfants étaient assis en rond bien sagement, autour de l’animatrice. Enfin, tous, sauf le Wombat, qui boudait dans son coin (face contre terre, sa nouvelle spécialité) parce qu’il voulait aller à Gymboree Art. Où soit dit en passant, quand il daigne vouloir y mettre un orteil, il boude tout le long parce que lui, il voulait aller à la piscine. Où soit dit en passant, quand je l’emmène, faut lui courir après dans tous les vestiaires en se mangeant à chaque tournant le sol glissant plein de jus de pieds de gens, vu que lui, il voulait aller à Gymboree, mais l’autre. Et ainsi de suite.

Puis elle a fait passer un panier de fruits et légumes en peluches pour que chacun en choisisse un. J’ai choisi une banane pour le Wombat (histoire qu’il reconnaisse le bouzin, parce que des brocolis, des choux et des navets, il en voit pas exactement tous les jours, hum). Mauvaise pioche. Avec le Wombat on devait donc chanter: My name is Wombat and I like to shake shake shake my banana. J’aime me secouer la banane. Bon.

.

Après, on est passé à l’atelier goûtage. C’était bien fait, elle avait coupé une pastèque en forme de requin (avec les dents et l’aileron et tout, les morceaux étaient à l’intérieur de la bouche) et un poivron en forme de pieuvre, vu que le thème du jour était la mer. Trop cute. Enfin, trop cute AVANT l’accident.

Avant que le Wombat saute à pied joint dans l’assiette contenant la petite pieuvre rouge trop meugnonne, chope les tentacules et les balances dans la tête de la voisine car « I NOT LIKE IT MUMMY, yurk, digoulasse » (je sais pas trop bien où il a appris ce mot, innocence, j’écris ton nom). Après, son regard s’est posé sur le requin. Là, il s’est mis à m’escalader les cheveux avec ses gros souliers en tirant surtout bien sur les petits de dessous, parce qu’il était terrorisé (et que sur la tête de maman, enroulé dans ses petits cheveux, on est plus en sécurité, OBVIOUSLY). Il va sans dire qu’il a JAMAIS voulu prendre un bout de pastèque MESSANT, t’es folle, on sait jamais.

Pendant ce temps, la dame tentait de motiver les troupes en chantant une chanson tout juste sortie de son esprit créatif (ENFIN J’ESPERE) à base de:

I like to lick and lick and lick and lick

I like to suck and suck and suck and suck

I like to lick I like to suck and then I like to STOP!

Parfait, Geneviève. Y avait que les mamans (consternées) qui chantaient, mais au fond, ça valait mieux, allez.

.

Enfin, on est passé à l’atelier cuisine. L’animatrice voulait apprendre aux enfants à faire des sushis. DES SUSHIS. Elle avait donc amené des feuilles d’algues, du riz collant et des tranches d’avocat qu’elle a distribués autour de la table.

La petite copine du wombat s’est immédiatement branchée sur sa feuille d’algues, et on l’a plus jamais entendue, sauf quand elle en avait fini une pour qu’on lui colle la suivante dans le bec.

Le Wombat, après m’avoir écrasé l’avocat dans les cheveux et collé le riz entre les nichons, a finalement consenti à bien vouloir rouler l’engin, non sans s’exclamer Ouh LALA, stinky stinks, maman, ça sent le zizi, ça. T’as fait piipiiii? BRAVO, mummy.

C’est là que je me suis aperçue que dans l’assemblée y avait pas mal de mamans françaises, à voir leur hilaritude.

.

Bon, bin du coup, je sais pas trop si je vais m’engager pour 6 séances, là.

T’en penses?

Trop de choix tue le choix

Ce week-end, on est allé étudier un autre quartier londonien dans son milleu naturel et sauvage. C’était un quartier près de la Tamise, à l’Ouest, ou il y a zéro école française, mais pleins d’écoles anglaises à uniforme & écusson très classieuses.

J’ai beaucoup pensé à Angel CoinCoin, car c’était le monde merveilleux du canard sauvage qui s’ébroue en liberté et vient vous raconter sa vie d’un air péremptoire et convaincu. Il faut dire que c’était une belle journée printanière, on portait même pas de moufles ou de cagoules, et dans le ciel, il y avait un truc jaune brillant et chaud qu’on avait pas vu depuis 1983 (l’époque où Dawling avait une moustache et les cheveux longs) = le soleil.

Alors que quand on est allés voir le quartier de la probable école française du Wombat, on avait perdu deux dents et 3 oreilles chacun par ce froid de canard (on parle beaucoup de canards aujourd’hui, non? Angel Coincoin qu’as-tu fait?), même que mes pieds affichaient -45 degrés et que j’avais dû les faire fondre dans un ragoût de bœuf le soir.

Du coup, pour le moment, je suis moyen objective, je veux TOUT plaquer et aller vivre parmi les coincoins.

La seule grenouille dans la soupe aux épinards, c’est qu’à midi, on s’est arrêtés dans un resto, certes sur de magnifiques écluses de la Tamise, avec le doux son de la cascade qui caracole sur les rochers mousseux et le soleil qui vient te caresser la joue gauche. MAIS qui nous a facturé un total de 8 millions de US$ pour du blanc de poulet poché un pwal vert aux entournures pour le Wombat(on espère que c’était des herbes et pas du moisi mais c’est pas encore sûr), et pour nous du gras de porc tellement filandreux qu’il t’aurait niqué la canine récalcitrante si nécessaire.

Alors que de retour à la maison, dimanche, on est allés dans notre resto du coin des poulets rôtis (c’était décidément une week-end autour du thème de la volaille), et qu’on vendrait ma mère pour leurs frites & consorts.

Bon.

Education de mon fils OU BIEN canard sauvage OU BIEN mon estomac.

C’est un peu le choix de Sophie. Je sais pas quoi faire.

 

 

 

Un dimanche soir, sur la terre

(Ne me remerciez pas pour la chanson moisie dans la tête) (déjà que c’est dimanche soir et que en plus la reine est malade)

Je suis en direct de mon lit  chéri. Mais sauf que. Le Wombat dort à côté de moi. J’ai mis à peu près 2 heures à l’endormir. Mais au moment où j’ai replacé la couette sur lui avec tendresse et un sourire doux telle la Caroline Ingalls classique, un délicieux fumet est venu me dilater la narine gauche. Il a bousé ce petit effronté.

Rembobinage dans le dedans de ma tête => Aaaaaah c’est pour ça qu’il voulait  pas pioncer => médaille d’or de la mère pourrie du dimanche soir.

Je vais donc devoir le REVEILLER, pour le changer *joie*. J’ai attendu un peu de voir si Dawling, des fois, se porterait pas un peu volontaire, mais il semblerait que je puisse me gratter, Marcel. Lui, de son côté, il fait mine que, soucieux du sourcil, il lirait tous les articles pour prendre des nouvelles de sa pauvre Majesté. On voit bien qu’il a été entrainé par le MI6 pour JAMAIS craquer, voyez?

Allez, j’y vais, souhaitez moi LE BON CHANCE.

En plus il a bouffé de l’agneau, le PIRE.

 

 

EDIT: Voilà. Il est tout propre du tutu et ses testiboules brillent de mille feux tout en reniflant la fleur printanière fraichement coupée. ET IL DORT.  Je vous chache pas qu’il est 48h de la nuit, vu qu’il a fallu lui lire deux histoires et lui re-filer 2 bibs:
=> Il va sûrement faire pipi comme une vache nourrie à la Guinness extra cold toute la nuit
=>la couche va sûrement nous exploser sur le coin de la carafe at some point
=> il faudra sûrement lui rechanger au milieu de la nuit
=> donc il faudra lui refiler un bib pour le re re rendormir
=> et ainsi de suite jusqu’à ce que bureau s’en suive et que je dusse boire 28 cafés pour me maintenir artificiellement en vie
=> je vais faire pipi toute la journée comme une girafe atteinte de cystite
=> heureusement que je porte pas de couche, sinon on serait pas rendue ma pauvre Lucienne.