Point Nips

NDLR : Nips, c’est le petit nom de la grenouille qui kicke plus vite que son ombre dans mon ventre.

  • Nips a de la nouille entre les jambes, mon règne absolu sur la galette des rois est assuré, personne me niquera jamais mon statut de Reine (poke @Fyfe). C’est un assistant stagiaire de 12 ans et demi qui nous a fait l’écho des 5 mois (il avait pas encore fait son stage en dermato, ou alors il avait oublié sa dose de Roaccutane ce matin soit dit en passant). Il trouvait pas le cœur, enfin il manquait des bouts visiblement, il trouvait pas pleins de trucs en fait. De sorte que la Cheffe lui a un peu mis la honte quand elle est passée après lui et a vérifié en 3mn30 tout ce qu’il avait mis 45mn à cocher comme cases (Tout va bien, Nips est tout parfait). Mais par contre, quand elle nous a dit qu’il y avait un zizi, il s’est tout gonflé de fierté et s’est écrié JE L’AVAIS VU HEIN MAIS ON LE DIT PAS AVANT LA FIN.
  • Le lendemain, j’ai voulu faire un happening au bureau, vu qu’on me pose la question de la nature de son entrejambe toutes les 2mn. L’idée c’était de faire l’annonce en amenant un goûter BLEU pour célébrer la nippy noodle. Mais enfin va trouver de la bouffe bleue. Alors je me suis dit, PAF, une occasion de faire de la lutte contre les stéréotypes genrés MIT de l’humour dedans : Je vais ramener des gâteaux ROSES pour annoncer que c’est un garçon. Depuis à mon bureau, ils pensent que je suis déçue de pas avoir une fille et que du coup je vais lui mettre des robes et une perruque et l’élever comme une princesse Hello Kitty pour compenser. Ils sont très, très inquiets pour cet enfant.
  • On sait pas encore si Nips naitra en France ou à Londres comme son confrère le Wombat. On s’est inscrit à une maternité en France au cas où. J’ai vu le chef du service gynéco : Ma mère m’avait dit : Euh… je te préviens, il est un peu froid et il aime pas être contredit. Comprendre, pour les Hippies comme toi qui lisent Chantal Birman et consœurs, ça va peut-être pas conviendre. Mais le bonhomme, en fait, avait visiblement l’habitude des Hippies en provenance de Britonnie profonde élevées à l’accouchement dans l’eau sans péri qui veulent pas être inspectées du fondement avant l’accouchement et encore uniquement en position à l’Anglaise (sur le côté les jambes serrées et non pas en position poulet de Bresse i.e. les 4 fers en l’air et les pieds dans l’étrier). Donc il savait plus comment prendre assez de pincettes pour me demander s’il-vous-plait-excusez-moi-de-vous-déranger-de-vous-demander-pardon-est-ce que je peux vous examiner. Bon moi j’ai lu Chantal mais j’ai aussi fait de la PMA, je suis plus à un tâtage de fondement près. Ensuite, comme il y avait 2 salles d’examen, celle pour la table gynéco et celle pour la table d’écho, quand il m’a dit de changer de pièce pour passer à l’écho, j’ai tellement l’habitude des échos endo-vaginales que j’ai traversé la moitié du cabinet sans avoir remis ma moulotte. J’avais une ROBE, je précise, mais cependant quand je l’ai soulevée pour l’écho, il a été légèrement surpris. C’était une écho tout à fait normale et il savait plus où coincer son sopalin du coup.
  • Comme on a déménagé, en cours de gestation, au cas où Nips verrait le jour en Britonie, il faut changer d’hôpital. Au début, on m’a dit que l’hôpital sur lequel nous avions jeté notre dévolu était tout complet : Il fallait donc aller à Ste Mary’s Hospital un peu plus loin. Ste Mary’s, c’est là où le Prince George est né, voyez ? Déjà qu’ici il est OBLIGATOIRE de porter les mêmes robes que Kate et les même langes que George… je me disais qu’aller obligatoirement dans le même hôpital, est-ce que c’était pas pousser le bouchon un peu loin, Micheline ? Bon mais finalement tout est bien qui finit bien, nous sommes acceptés dans notre hôpital de nous qu’on voulait. En revanche, le réceptionniste de sesque mâle a l’accent cockney du chauffeur de taxi-camionneur-taxidermiste. Bin ça fait quand même un peu drôle quand le type vous demande au téléphone la date de vos dernières règles, love ? Euh… *Pourvu que ce soit bien l’hôpital* *Pourvu*
  • Le Wombat est dans le déni complet. Ça fait environ 63 fois que je lui explique qu’il y a un bébé dans le ventre de maman. Il me répond que NON, C’EST UN BOBO, TIENS METS UN PANSEMENT (et on sent bien qu’ il pense : et arrête de nous casser les nouilles avec tes histoires, es-tu bien douillette). Pour la photo cromignonne à poster sur le forum des janviettes de sa petite main potelée caressant mon ventre avec amour, ou celle du bisou sur ventre pour le faire part, je pense que je peux me brosser, Simone.

In bed wiz ze Wombat

D’un commun accord avec lui-même personnellement, ça fait maintenant 3 ans que notre Wombat dort nuit après nuit dans le lit conjugal. Lit conjugal déjà occupé par un Dawling aux orteils géants (et griffus), rappelons-le.

.

Moi à la base, je suis pas contre le cododo, même que mes parents peuvent trop rien dire, vu que dans leur lit conjugal à eux, on était 9: Le père, la mère, 3 enfants, 1 chien et 3 chats (C’était trop bien, surtout l’été quand il faisait 35 degrés la nuit) (sauf quand le chien ou mon frère avaient des crises d’aérophagie).

.

Mais là, on est quand même en présence d’un Wombat-Maurice qui pousse le bouchon un peu trop loin, voyez?

.

Par exemple, génétiquement parlant, le mini-Dawling a hérité de ses wonder-pouvoirs de l’ongle qui pousse de 4 cm en 2h, et il en est pourvu des orteils ainsi que des doigts de main. Mais alors que Dawling est extrêmement discipliné des orteils du fait de sa stricte éducation anglaise (jamais un orteil plus haut que l’autre, JAMAIS), les orteils du Wombat sont en free-style permanent, avec une attirance préférentielle pour:

– Nos yeux, classique hein. Ça requiert une certaine souplesse mais je vous assure qu’il se débrouille comme un ninja furtif professionnel;

– la peau fine du cou; là où c’est facile, il suffit d’effleurer pour qu’on se retrouve balafrés de haut en bas telle l’Al Capone moyen;

– le gras de la bouée ventrale qui dépasse (NDLR: Dawling a pas de bouée ventrale, cet égoïste);

– le nichon.

Pour ce dernier, c’est LA traque nocturne, la grande aventure de la nuit. C’est rapport au fait que quand j’ai finalement réussi à sevrer ce petit chameau, après 8 mois de lobbying et de lutte au corps à corps pour la libération du nichon, il a accepté MAIS A UNE CONDITION. On a donc un gentleman’s agreement (enfin en tout cas moi j’ai rien signé, RIEN, MAURICE!) qui dit que: le Wombat a droit de triturage acéré de peau délicate des seins et d’extension de tétons entre ses doigts en mode pince coupante à volonté. Ça le réconforte, il faut le comprendre. Par exemple, au cas où un gros monstre velu viendrait lui pincer le tutu par inadvertance,  PAR LE POUVOIR DU NICHON ANCESTRAL, JE DETIENS LA FORCE TOUTE PUISSANTE, HAHA t’es trop feinté, le monstre.

Tout contrevenant à cet accord  est immédiatement savaté.

Bon, j’ai quand même échappé au pire, vu la tête des tétines de bibi en ce moment:

20130819

Il en consomme environ 6 par jour, je vais prendre des actions chez MAM.

(Une fois la tétine entaillée, notez qu’il hurle à la mort en secouant bien pour mettre du lait partout jusqu’à ce qu’un de ses esclaves en présence aille lui en chercher une autre).

.

Brèfle.

 

Entre  ses manœuvres d’escalade, de retournement et de faufilage sous couette avec arrachement soudain de l’oreiller pour atteindre le Graal nichonesque, le Wombat dort un peu (parfois).

Et là je pense qu’on a légèrement abusé des cours de Gymboree, vu qu’il a un sommeil UN PWAL agité.  Je pense qu’éventuellement on peut tenter une carrière de natation synchronisée ou bien de Nadia Comăneci, vu l’amplitude et la souplesse des mouvements.  En d’autres termes on se fait marave la face à tour de rôle toute la nuit.  

Avec Dawling, avant, on faisait de l’emmaillotage en couette, qui consiste à en faire 3 tours autour de l’enfant pour momentanément immobiliser ses petits membres musclés. Mais avec le temps il est devenu hyper performant sur le démomifiage, donc on avait plus qu’un temps de sommeil d’environ 16 minutes entre 2 enroulages.  Et récemment il a mis au point une technique dite du kick-boxing express de la couette par rétropédalage, qui n’est pas sans dommages collatéraux si l’enrouleur se trouve encore dans la vicinité. La technique a dû être abandonnée.

 

Heureusement, on a de la chance, il met fin à la magie de la nuit vers 5h00, quand c’est le moment de hurler MAMAAAAAAM, TETOUUUUUUUUUUUUU, vu que le Wombat doit être croisé avec un lémurien nocturne.

 

Mais sinon comme dirait Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, partager le sommeil avec bébé permet de répondre à son besoin constant de présence et de chaleur humaine sans délai et sans fatigue pour la mère.

 

Oui bonjour, j’ai acheté un livre et je voudrais DEMANDER UN REMBOURSEMENT.

Ou retourner le Wombat, éventuellement. Doit y avoir un défaut de fabrication.

 

 

 

Avec du ketchup?

 Il est 21H23 mais j’ai l’impression qu’il est 4h51 de la nuit à peu près (et les petits oiseaux dehors aussi. Je vous dis que si nous aussi on se mettait à chanter comme ça à la saison du kiki-tout-dur, on serait pas rendus ma pauvre Janette).

 

Il faut dire que la semaine se termine, là, et qu’au bureau j’ai passé mon temps à me manger des coups de pelles dans mes dents acérées. Jour après jour.

 

La cure de sommeil dont je rêvais ? Mettez m’en 3 Madame Michu.

 

Alors que pendant ce temps, le Wombat est tombé dans une marmite de sommeil quand il était bébé, et du coup, couché tous les soirs à 23h30, réveillé sans faute à h30 tous les matins : MUMMY ! Can I have cheez on toast with un tétou de lait ? Thank you very very much. COME ON MUMMY, you can make it!

 

Alors bin nan, Mummy cannot make it, no matter combien de very very much, see?

 

T’en foutrais du Cheez on toast.

A 5h30 de la nuit.

Chhht, maman travaille (non non non elle est pas sur Twitter)

 

Le dimanche soir, normalement, c’est la déprime, vu que demain il faut se lever à 6h30.

6h30.

Non mais 6h30 quoi.

 

Mais alors ce soir, c’est encore plus terrible. Parce que cette semaine, j’ai eu un aperçu de ce que pourrait être ma vie de Mamazon (pour les non-initiés, une Mamazon, c’est une femme de Papazon, le papa de la maison, un P.A.F ou père au foyer quoi) (faut aller lire, même que).

La crèche était fermée, et rapport à une sombre histoire de bateau  saisi en Angola, je me devais d’être en faction au bureau. C’est donc Dawling qui s’est collé au gardiennage de Wombat.

 

PINAISE je veux un PAF à plein temps, moi ! C’était merveilleux. On rentre le soir, diner prêt, bébé caca-free déjà baigné et en pyjama. Bon pas nourri, car le Dawling est pas familier avec les préférences gastronomiques du Wombat. L’enfant se nourrit ES-CLU-ZI-VE-MENT de pâtes au pesto – poissons panés – tétous de lait – 3kg de chocolat par jour  (mais ne dites rien à la DASS on risque d’avoir des problèmes). Quand Dawling lui a présenté sa soupe de betterave – poulet- brocoli, il a entamé une grève de la faim reconductible, il en est à son 4ème jour, là (Ce soir il a mangé 2 bib, 5 M&M’s et un œuf au caramel, St Zermati, priez pour lui).

 

Finalement, moi je me suis lancée à corps perdu dans le féminisme, mais en fait la domination, voire l’esclavage des mecs, peut-être ça pourrait être cool aussi? NAN MAIS PAS LONGTEMPS, voyez, juste une petite trentaine d’année, histoire de venger ma mamie par exemple. Ça leur ferait les pieds et puis ce serait éducatif. ET ça serait raccord avec mon énergie du moment (=je veux hiberner pendant 11 mois jusqu’au printemps 2014).

 

Brèfle demain c’est re-boulot, re-sortie de crèche (avant 17h-19h c’était la happy hour, maintenant c’est un peu la suicide hour). Re T’as sommeil ? Dommage, plus que 8h avant le dodo. Et le Wombat qui veut que maman change, maman tiens la cuillère, maman lit Maisy Mouse pour la 24ème fois. NAN PAS DADDY, c’est maman qui fait le bain et le pyjama. Et le tétou un peu chaud, un peu froid. Mais c’est Daddy qui joue aux Légos et aux voitures, vu que maman, à cette heure-ci on l’a assez vue. Moi qui suis si bonne aux Légos en plus.

 

J’ai juste une toute petite petite remarque de rien quand même. Jeudi, Dawling devait amener le Wombat se faire raccourcir le pwal de tête. Dans un élan de confiance en lui de P.A.F. qui gère tout trop bien et qui avait justement une paire de ciseaux à ongles dans la main, il a fait une tentative de brushing sur Wombat.

 

Mon gosse, c’est Benny Hill.

La naissance, ce moment merveilleux #2

Le début de ce récit palpitant et émotionnant est ici.

 

A 22 heures ce samedi soir, moi j’aurais dû être dans le restaurant gastronomique d’un hôtel de lusque de Richmond, au bord de la Tamise, que Dawling avait réservé pour notre anniversaire de mariage.

 

A la place, j’ai mangé des chips au vinaigre et du snickers fondu de contrebande de la machine à café. Mais c’était merveilleux. Car depuis que j’ avais renoncé à Chantal (c’est ELLE QUI A COMMENCE), et que j’avais eu ma péridurale, j’avais plus mal au dos, j’avais plus mal au ventre, j’avais plus envie de vomir, et j’avais même plus besoin de me lever pour aller faire pipi comme toutes les 23 minutes depuis 3 mois. Une sage-femme était à disposition pour m’apporter à boire, me regonfler mon coussin et me faire des bisous à la main si nécessaire. J’avais le lit pour moi tousseul, Dawling pouvait bien se débrouiller avec son fauteuil tout pourri, moi je parlais aux oiseaux (des restes de la morphine sans doute).

 

Mais ça n’a pas duré, ma pauvre Geneviève. Car Chantal est reviendue se venger, et sa colère a été terrible.

 

Le lendemain matin à 6 heures, j’ai dû dire adieu à la merveilleuse sage-femme qui a été remplacée par une autre. La nouvelle avait apparemment été formée à Guantanamo : On était plus là pour rigoler, voyez ? Or, malgré le monitoring des contractions qui affichait un 42 sur l’échelle de Richter toutes les 3,5 secondes environ, au niveau du col, c’était la  mer des îles Grenadines, QUEDALLE.

 

Comme il fallait bien lui faire les pieds à ce col récalcitrant, PAF, elle est allée lui chercher la perf d’ocytocine sous les ricanements de Chantal.

 

A 11h, elle a décrété que voilà, on avait qu’à dire que j’étais prête à pousser, vu que les 24 heures fatidiques après la perte des eaux allaient plus trainer et qu’elle avait pas l’habitude de se laisser faire par  les mollassonnes du col comme moi.

 

Là moi je me suis rappelée de cette bonne vieille Chantal, et j’ai demandé si on pouvait vraiment pousser comme il faut sous péridurale, vu que j’avais pas l’impression de ressentir grand-chose.

 

Elle a dit : NON. Et elle a éteint la péridurale, PAF. Bien fait pour moi.

 

Au bout de quelques minutes, j’avais toujours pas envie de pousser, par contre j’avais super envie de me foutre en l’air vu comment j’étais de nouveau en train de décéder vivante sur place. Marie-Thérèse la sage-femme a alors pris les choses en mains en s’asseyant sur mon bras perfusé (elle et ses 240 pounds de tutu) puis en me coinçant les doigts dans l’articulation du lit. Fallait que je me bouge le séant, que j’arrête mon cirque et que je me mette en levrette. Ordre du général.

 

Scoop : Se mettre en levrette avec la colonne vertébrale brisée et la perf emmêlée, ça atténue pas tellement la douleur, en fait. Pis là, il a fallu pousser. Sans péridurale, sans avoir envie, et sans qu’il se passe jamais rien. Je sais pas exactement combien de temps s’est écoulé (looooooooongtemps), occupée que j’étais à vomir / pleurer / tenter de sauter par la fenêtre / feinter le tutu de Marie-Thérèse qui était irrésistiblement attiré par  le moelleux de mon bras perfusé.

 

Mais au bout d’un moment, Dawling a dû finir par dégotter un bazooka et faire venir de l’aide. Une autre sage-femme de 12 ans et demi m’a annoncé qu’on partait au bloc, mais que du coup, une fois qu’on y serait,  ils allaient devoir me faire une rachianesthésie. Et elle a commencé à me lire les 8 pages recto-verso du consentement éclairé du patient sur tous les effets secondaires du bouzin (en Anglais, mais bon à ce stade et dans mon état, ça aurait été du Ouzbek occidental que j’aurais pas mieux compris). Elle avait aussi l’air assez embêtée parce qu’ils trouvaient pas de pantalon à la taille du pti postérieur du Dawling, ça va tomber Monsieur, ou alors faudra bien serrer la ficelle mais ça va bailler au niveau des cuisses. (REALLY ?? )

 

Ensuite, il me semble qu’on a traversé l’hôpital sur une route non goudronnée avec beaucoup de nids de poules pour atteindre le bloc opératoire, ce passage est un peu flou. Mais en tout cas, j’ai pas réussi à mettre fin à mes jours en me jetant sous les roues du brancard, vu qu’arrivés de l’autre côté j’étais toujours au bord de la mort, en train d’essayer de les insulter mais vas-y, rappelle-toi de ce qu’ils disent dans les films de Tarantino en Anglais avec la colonne vertébrale brisée en position de levrette.

 

Puis un type à lunettes planqué derrière un masque m’a sanglée et fait une piqûre dans le tuyau de la péridurale, et j’ai ENFIN été soulagée. Par contre j’avais des steaks froids à la place des jambes et les bras attachés, on peut pas dire que c’était aussi jouissif que la première fois.

 

Il s’est avéré que le Skips était pas du tout en position mais au fond du couloir à droite en train de regarder ailleurs. Il a fallu lui remettre la tête dans l’axe et aller le chercher avec des couverts à salade (c’est joli comme petit nom pour des forceps, nan ?).

 

Mon Womnbat est né à 15h12.

On me l’a rapidement montré mais je l’ai pas vu tout de suite, parce que j’avais pas mes lunettes.

Dawling est allé le surveiller pendant qu’on l’examinait,  et puis on l’a enveloppé dans un linge et on me l’apporté.

Il avait les cheveux orange dressés sur la tête, les marques des forceps et il sentait le bacon grillé (l’odeur la plus délicieuse du monde). Il a pas voulu manger, mais il s’est endormi sur moi en ronronnant un peu (le bruit le plus délicieux du monde).

 

Le temps s’est arrêté.

3 jours avant la quille, on est pas rendus Micheline

A y est, c’est ma DERNIERE semaine de boulot dites donc (moins vendredi!).

Il est grand temps, je vous le dis.

Dawling est super busy. Cette semaine, il est rentre à minuit tous les soirs, sauf une nuit où il est pas rentré du tout. Il a dit qu’il avait passé la nuit avec Norton Rose, j’espère que c’est pas avec une secrétaire de 21 ans blonde et bouclée et mince avec des gros seins qui lui fait des cours de rattrapage de poney. Parce que moi, là, j’ai beau essayer, les câlins, ça devient du casse-tête chinois. Skip est engagé, alors j’ai l’impression que là où c’est qu’on mettait son zizi y a plus de place di tout, pis faut pas me secouer à cause des remontées acides, et EN PLUS, je suis toute rouillée et avec la chaleur j’ai l’impression que quelqu’un m’a soufflé dans les jambes, les orteils et les doigts. En fait je suis un genre de canard laqué croisé avec une tortue de mer retournée (EH, JE DOIS FAIRE PIPI, viiite, quelqu’un peut me sortir du canapé?). Enfin, quand je suis dans l’eau ca va, alors peut-être que finalement je vais faire un accouchement dans l’eau et tout sera formidable? Je croiserais bien les doigts MAIS JE PEUX PAS Y SONT TROP GROS.

.

Sinon, rien n’est prêt:

  • On a toujouuuuurs pas de nooooom, HEEEEEELP mais comment qu’on va faire? Ouvrir le livre au hasard dans le dictionnaire des prénoms? Dawling Junior?
  • On a toujours pas de chambre aussi, rapport que Dawling qui devait peindre, bin à la place il bosse. Enfin, on aura la moquette mercredi donc moins de cartons PARTOUT dans la maison déjà. Là, on peut pas marcher. Déjà que de toute façon, je peux pas tellement marcher, c’est pas pratique.
  • Mon sac de maternité est toujours pas fait. Ca me rappelle l’école quand j’étais toujours le boulet qu’avait pas de matériel, genre, t’as pas une cartouche, une feuille, un stylo, un crayon? Là, ça va être, quelqu’un peut me prêter une culotte filet et un coussinet de nichon, please? Et un torchon pour enrouler autour de mon bébé-sans-pyjama-fixe?

MERKIIIIII.

Pfiouuu là là.

Les moustiks m’a tuer

Il fait 30 degrés.

La nuit dernière, Dawling a ouvert grand les fenêtres, rapport à la complainte de la femme enceinte dont l’estomac est réduit à la taille d’une noisette, qui a des seins de 22 ètres de diamètres tout congestionnés et qui se coincent partout dès que je tente un changement de position, et qui en plus a du prendre 3 douches la nuit dernière telle le pachyderme se roulant dans la boue à la recherche d’un peu de fraicheur. MONSIEUR serait sans arrêt dérangé, ce pauvre bouchon.

Résultat, je me suis faite manger tucru. Au sang. Partout. Surtout dans les plis de gras. Et là, cet homme charmant, en découvrant mon pauvre corps meurtri au matin, me dit: « Dis donc, les mouskitos ils ont bon goût, hein, héhé, ils ont piqué là ou c’est bien euh….. *réalise ce qu’il est en train de dire – moment de panique – blaaaaaaaaanc* euh…. tendre quoi.

CA VA J’AI BIEN COMPRIS QUE TU VOULAIS DIRE GRAS HEIN. Mais bon j’ai pas relevé, j’étais trop occupée à m’attaquer la peau du cucul à la fourchette à gigot.

Ce qui m’étonne c’est que d’habitude les moustiques, ils préfèrent toujours Dawling. Je dois avoir le sang tout Dawlinguisé à cause de Skip. Ou alors c’est tout ce bacon que je mange à la place du chocolat  *pardon les pitis cochons – c’est pas moua c’est le bébé*, les moustiques, ils aiment ça.

Taloperie de moustiks britons quoi.

L’entente cordiale, c’est pas gagné, Josiane

Ce matin, Dawling a failli s’étrangler en buvant son mug de thé English Breakfast, quand il est tombé sur cet article in ze journal briton. Je vous le traduis (la traduction est libre telle le wombat sauvage).

C’est l’histoire d’une Britonne – appelons-là Josiane pour préserver son anonymat et sa dignitosity-at-all-times – qui a voulu déménager dans un endroit où le temps serait plus clément qu’en Britonie (i.e. partout) et qui a jeté son dévolu sur ze Belle France. Elle y a rencontré son French beloved husband et elle nous  livre ici les secrets d’ordre ethnologique de la vie en société chez nous, les gens du pays de la baguette et du camembert en folie.

Le Titre: Ne jamais se plaindre de la maitresse: Comment survivre en tant que femme française. Hein que déjà, ça commence bien déjà.

.

1. VOTRE MARI AURA TOUJOURS SON MOT A DIRE SUR VOTRE POIDS

Apparemment, le mari de Josiane, toute la journée, lui dirait qu’elle a assez mangé de snickers-mayo, et tenterait de la coller au régime concombre sans sauce. Et ce, devant tous ses copains, voire devant sa belle-mère qui prendrait un air pincé . Genre  que c’est pas compliqué de boire un bol d’eau chaude si VRAIMENT on a faim. Mais en fait, Josiane le prend UBER bien, parce qu’elle a bien compris que tout ça, les Frenchs, ils le font par amûûûr.

OK – Ma mère a donc changé de sexe et maintenant, elle vit dans le Lot avec Josiane. en revanche, je m’inscris en faux: si jamais vous êtes pas ma mère et que vous évoquez le sujet délicat de mon double-menton, autant dire qu’il risque d’y avoir coup de pelle. En plus, arrêtez avec mon double menton. Regardez, quand je me tiens super droite, que je regarde en haut et que place mes dents du bas 10 cm plus loin que mes dents du haut, POF, plus de double menton. Si, ça compte.

.

2. IL EST INTERDIT DE MANGER ENTRE LES REPAS

D’après Josiane, les French ne mangent JAMAIS entre les repas, JAMAIS. Par contre, le mari à Josiane ne RIGOLE pas avec le diner, ouh là là, faut bien manger sa soupe.

AH BEN NAN ALORS, on mange pas entre les repas c’est vrai. JAMAIS m’man, JTE JURE. Un papier de kinder? Mais je ne comprends pas, ça doit être le Dawling, lui IL A LE DROIT, IL A BEZOIN, du fait de sa nationalité à haute teneur en Britonie.

.

3. EXERCICE! EXERCICE! EXERCICE!

Selon Josiane, les Françaises vous font toujours croire que leur secret pour être mince,  c’est de jamais prendre la voiture ou le métro et de marcher à la place. Mais en fait, si vous fouillez leur maison, AHA, on planque des altères sous le lit? Un vélo d’appartement dans le congélateur et un rameur dans la baignoire!  D’ailleurs,  son mari lui a offert un vélo d’appartement pour son anniversaire, car c’est la tradition in ze famille française.

OK – DAMNED, I am demasqued (Mouhaha). Par contre, même sous la torture, jamais ne révèlerai où j’ai caché mon vélo d’appartement.

 

4. ON NE PEUT PAS SE MAQUILLER LA OU ON FAIT CACA

D’après Josiane, ce serait la raison pour laquelle en France, les twalettes sont séparées de la salle de bain. Les Françaises, d’une part, feraient presque jamais caca, et d’autre part,  on rigolerais pas avec le maquillage, nous autres. Tous les jours.  MEME le dimanche.

OK – Je vous cache pas qu’après plusieurs années d’observation in vivo du briton dans son  milieu naturel humide, j’ai JAMAIS vu le commencement du début d’un pti caca formellement identifié comme étant le sien i.e. en provenance de ses ptites fesses musclées. Pour le maquillage du dimanche, je pense que Josiane s’est mal renseignée: On PEUT rester en pyj sans se maquiller le dimanche, pourvu  que ça baille un peu et laisse entrevoir votre admirable sein gauche que vient sensuellement caresser un rayon de soleil irisé dont la pâleur douce révèle la candeur moite et l’innocente fragilité de ce dernier. Brèfle, elle connait visiblement pas le coup de « OoooooOoooh, regarde, j’ai des nichons!   

.

5. NE JAMAIS, JAMAIS ETRE POMPETTE

Josiane est UBER déçue. En tant que fille, elle a droit qu’à UN SEUL VERRE de vin PAR SOIR, un MINUSCULE verre de rindutout, quand en Britonnie, au moins, on est civilisé et on a tout de même la décence de vous servir dans une bassine de taille raisonnable.

OK – L’explication de Josiane, sur le manque de féminisme des françaises est pas mal. Mais perso, j’ai une autre explication. Sta dire que là où les Britons considèrent que pas besoin de diner, vu qu’on a la bière, moi, l’apéro, j’ai pas le temps, parce que IL FAUT ME NOURRIR, les gens. MAINTENANT. Nan mais des différences de culture comme ça, ça te flingue un couple, ma pauvre Josiane.

.

6. ATTATION, TOUT LE MONDE VEUT TE PIQUER TON CHEWI

FAISEZ-GAFFE,  indique Josiane: on ne peut pas se faire de coupine dans ze Belle France. Nan, les filles elles sont pas intéressées, tout ce qu’elles veulent, c’est te piquer ton chéwi pour faire des relations sessuelles avec lui après le bureau.

OK – Un doute m’étreint. Je me demande, Le Lot, où vit Josiane, c’est sur l’île de la tentation avec Diana et Brandon ou bien?

.

7. LA FAMILLE, C’EST TOUT CE QUI COMPTE JOSIANE

Chez Josiane, le rôle de la femme, c’est :
– Tenir sa maison – ramasse tes chaussettes, Josiane.
– Travailler, mais seulement si nécessaire, sinon, déjà que ça prend du temps de ramasser les chaussettes.
– Élever les grumeaux – Jean-Edern, ramassez vos chaussettes immédiatement.
– TOUJOURS se maquiller  
– Organiser les célébrations familiales où Josiane est aux fourneaux, et les mecs à l’apéro.

OK – Un doute m’étreint. Je me demande, Le Lot, où vit Josiane, on fait des concours annuels de tartes aux myrtilles avec ses voisins de Walnut Grove, et y a Caroline Ingalls qui sert le pain de viande vêtue uniquement de son tablier et de son chignon, ou bien?

.

8. NONONON, ON MONTRE PAS SES NICHONS

Quand Josiane est arrivée dans le Lot, elle a du balancer TOUS ses hauts, TOUTES ses mini-jupes, TOUS ses jeans tailles basses et TOUS les trucs qui laissaient entrevoir un bout de moulotte et/ou nichon. CA SE FAIT PAS, pas chez le mari de Josiane, trainée.

OK – Bon, y a deux cas.
L’été. Ce qui est triste en été, c’est que ô tempura, ô morues, on voit de plus en plus de nichons et de moins en moins de robe de bure sur la plage. Tout se perd ma pauvre Josiane.
Et l’hiver.  Bon. Je peux pas mentir. C’est vrai que quand je sors en boîte de la night par moins 22°, il arrive que je mette.
Assied-toi Josiane.
Un pull. A manches. Longues.
Voire.
Des collants.
Je sais c’est norrib’.

.

9. DES GENS S’INCRUSTENT DANS TA MAISON

De 6 à 8 (de 7 à 9 si je puis me permettre, rapport que de 5 à 7, c’est l’heure d’aller mettre sa fessée au mari de la voisine, hihi), y a pas moyen d’être tranquilles. Y a toujours une bande d’arapède congénitaux – genre, des amis, voyez? – qui viennent sonner à la porte, et qui viennent jusque dans vos bras pour vous boire vos bières et  vous manger vos pringles.

OK – Mais ça, Josiane, c’est parce que:
– Nous on a même pas de pub ;
– On a pas de gratture de pwals de cochon grillé non plus – je sais c’est moche;
– Y faut PATAZER le saucisson, alors PATAZE.

.

10. ET FAUT ÊTRE PRÊTE A PRÉPARER LE POT-AU-FEU A TOUTE HEURE DE LA NIGHT

Cette pauvre Josiane. Déjà elle s’est fait baptiser Mme Congélateur au motif fallacieux qu’elle mangerait que des croustibats. Ensuite, elle a dû investir dans une cocotte minute, sinon en France, PAF, t’es virée. Sans compter que son mari lui ramène toute sa bande de coupains3 fois par semaine, SANS PRÉVIENDRE. Heureusement, maintenant, Josiane les a trop feintés, depuis qu’elle a appris à faire la mayonnaise maison.

OK – Nan mais moi, je pense que les coupains y sont pas contre un pti croustibat-vapeur-mayonnaise de temps en temps hein. En plus, je suis sûre que la cocotte c’était un cadeau de ton mari, ne ment pas, Josiane, ingrate.
.

.

Conclusion: vraiment je ne vois pas ze problème, Josiane.

– On va au pub?
– Now? Mais j’ai faim.
– OH but you’re ALWAYS bloody faim!

De comment topper le Dawling

Je reçois des MILLIONS de courriers d’admiratrices secrètes pour me dire:

  • Où as-tu trouvé ton Dawling?
  • Est-ce que tu le vends en leasing sans frais?
  • Quels sont les horaires du prochain show de ramassage de miettes fesses-nues sous la table de la cuisine?

Et vous, lecteurs, innocents  comme de jeunes céanothes évanescentes au soleil pâle du mois de mai (mais sauf quand il pleut), vous vous dites peut-être: quelle chance! Un Dawling de pure souche britonne et si bien élevé qui s’installe comme ça dans mon lit et dans ma cuisine MIT tous ses accessoires UND un petit pot de marmite.

NAN.

La chance n’a rien à voir là-dedans, malheureux, car le Briton est une espèce qui n’a été que récemment domestiquée dont la complexité au niveau de l’apprivoisage rappelle celle du poney Shetland sauvage (mais sans la frange). De plus, le Briton-mâle, en milieu naturel, est l’un des seuls individus sur terre à ne disposer d’aucun move en termes de parade nuptiale: C’est-à-dire qu’il a pas besoin, il a déjà le flegme et l’humour britonnique, la tempe grisonnante du renard argenté, la pop music  et l’accent de Cambridge. A un moment donné, il faut quand même voir à laisser une chance aux autres, voyez? En outre, le Briton est fortement intimidé par le partenaire sessuel potentiel qui vient d’Etrangie, car il n’est pas familier avec ses pratiques barbares. Par exemple, moi, je n’ai pas voulu manger de  tourte à l’écureuil béchamel (TRUE STORY). C’est déconcertant pour un Briton.  Je ne vais pas vous le cacher, à la vue d’un gens d’Etrangie, le Briton se carapate immédiatement au loin, adieu Sean, adieu sandwich concombre-marmite d’un côté, cheddar-confiture de l’autre.

.

Mais pas de panique, c’est votre jour de chance, j’ai mis au point pas moins de deux méthodes de pointe scientifiquement testées de toppage de Briton pour les nulles. Mettons-nous en situations:

.

1ère situation: Au pub avec le Briton.

Topper un Briton au pub est votre meilleure chance, puisque 1. le Briton passe 75,4% de sa vie dans un pub et 2. le Briton, même si son instinct lui dit de s’enfuir face aux gens de l’Etrangie, il lui dit surtout de ne pas abandonner sa pinte d’IPA. Il  n’en est pas moins une petite chose fragile et apeurée, et il faut prendre garde à ne pas l’effrayer par des mouvements trop brusques. Comme il ne peut pas se planquer  sous son col roulé (c’est la règle, le Briton porte un picheurte, toujours, même pendant que la bise fut venue – i.e  TOUT LE TEMPS), il n’a pas d’autre choix que se planquer derrière sa pinte. D’où la taille de la bassine servie dans les pubs de Britonnie, 4 yards par trois.

ATTENTION aux pièges basiques:  Au pub, on est vendredi soir, personne n’a l’air de se soucier de votre hypoglycémie naissante, et le choix gastronomique est limité. MAIS il faut résister et surtout ne JAMAIS  goûter les pork scratchings. Car, comme son nom l’indique, il s’agit bien de croûtes de cochons grattées (et pwalues). Notez que parfois, le nom est trompeur. Par exemple, le black pudding, ce n’est pas un dessert tel la forêt noire, mais à mi-chemin entre le boudin noir et le saucisson (du boudin gras avec des bouts de gras dedans, qui comme de bien entendu se mange frit). Et les   » Sweetbreads  qui ne sont pas des petits pains sucrées ou de la brioche, mais les glandes du vomis d’agneau. Brèfle, si vous cédez à la faim et à la tentation du pork scratching, vous risquez le rot à la bulle de bière et au gras de porc rance-mal-taillé-mal-épilé. Et ça, ça a beau être raccord avec la culture de pub britonne, c’est pas sesky.

ATTENTION aussi, respectez la coutume locale: « eating is cheating », « seating is cheating », et dragging aussi, par le truchement de la conséquence i.e. on est pas là pour rigoler, quand on boit, on mange pas, on s’assied pas, on ne s’interromps pas en vue d’une éventuelle parade nuptiale. Ça serait nuire à la substantifique moelle de la pinte de bière anglaise. 

 Tout ce qu’il vous reste à faire, malheureux, c’est d’attendre, Attendre. Attendre. Et attendre encore, enduite de dignitosity-at-all-times. Au bout d’un moment, le Briton s’endort. Un Briton endormi se reconnait aux indices suivants: Il a toujours sa bière gluée à la main et il est toujours debout, MAIS il forme un angle de 45 degrés avec le sol, et soit, il s’appuie contre un truc – la plupart du temps, un fut de bière – soit, il connait un mouvement concentrique de forme circulaire autour d’un axe vertical centré sur son fesse. Il vous suffit alors de le cueillir pour votre usage personnel, en le collant dans le taxi pendant qu’il se rend compte de rien.

Un Briton se réveillant dans votre maison sera OBLIGÉ de vous épouser ensuite, c’est la loi.
Au pire, vous pouvez aussi  lui dire que c’est la loi en France – c’est le cas en Corse, en tout cas – , sinon mon père, IL  TE TUE.

.

2ème situation: Le Briton rentre à son hôtel le soir après un diner romantique avec vous, où par souci de franche camaraderie et en vue de possibles relations sessuelles, vous avez pris soin d’éviter les escargots à l’ail / les huitres aux échalotes / le  tartare aux oignons (TORTURE). Vous méritez bien d’en être récompensée, mais attention, là aussi, il y a des pièges.

L’erreur classique consiste à utiliser ma méthode habituelle, c’est-à-dire demander à utiliser sa salle de bain, lui dire de vous rejoindre in 5 minutes,  et PAF, according to the plan, quand il arrivera, vous serez nue comme un ver allongée langoureusement sur le lit, une lollipop à la main, ouverte à toute éventualité sessuelle. Nan. Car au bout de 1:30h, vous serez toujours nue comme un ver allongée sur le lit, vos pieds afficheront une température de -12 degrés,  et votre torticolis de fesses aura fortement réduit les éventualités sessuelles. Il faudra vous rhabiller pour retrouver votre Briton en bas, au pub. Si par malheur le Briton croise un pub, c’est mort. Or, je vous rappelle qu’une fois au pub, y a plus moyen, hein, cf. la situation précitée.

Mais le Briton est UBER poli, c’est là son point faible. Si 4 filles rentrent dans un ascenseur suivi du Briton et que celui-ci se trouve près de la porte, pour autant il ne sortira en aucun cas le premier de l’ascenseur. C’est pour lui une question de vie UND de mort: IL FAUT qu’il laisse passer tout le monde avant.  Il vous suffira donc de raccompagner votre Briton. Au moment de sortir de l’ascenseur, il rougit et tente de se plaquer contre le côté pour vous laisser passer: l’enjamber et PAF, se coincer un nichon dans sa cravate.

Un Briton qui vous a démêlé le nichon de sa cravate sera OBLIGÉ de t’épouser ensuite, c’est la loi.
Au pire, vous pouvez aussi  lui dire que c’est la loi en France – c’est le cas en Corse, en tout cas – , sinon mon père, IL  TE TUE.