Le baby led weaning, ça tache un pti peu quand même.

Pour la diversification des enfants, on m’avait dit: tu verras. Pour le premier, on pèse 32g de légumes verts, 17 grammes de protéines, 23 grammes de féculents et 3/8 de cuiller à café d’huile d’olive, sans sucre ni sel ni noix ni crème fraiche ni M&M’s, à renouveler toutes les 3h27. Le deuxième se nourrit du dessous de tes sandales avec du ketchup directement au goulot pour faire passer le reste de tartine nutella-mouton-de-poussière qu’il s’est dégotté sous le canapé, le tout trempé dans du beurre et saupoudré de sucre glace si nécessaire, parce que les palabres de 1h30 pour le convaincre d’ouvrir le bec, bin on a plus le temps.
 .
Je vous cache pas que j’étais un peu inquiète pour mon deuxième. Parce que déjà pour mon premier j’avais séché mon Laurence Pernoud et mon Edwige Antier pour bouquiner Amélie Nothomb à la place. Et Amélie, elle disait:
 .
Ce fut alors que je naquis, à l’âge de deux ans et demi, en février 1970, dans les montagnes du Kansai, au village de Shukugawa, sous les yeux de ma grand-mère paternelle, par la grâce du chocolat blanc.
.
Le Wombat avait hérité de l’appétit de son daddy-Dawling – « Mais tu as ENCORE FAIM?? Mais on a partagé une asperge hier déjà!? » – Il mangeait QUEDALLE. Et donc par le truchement de l’inadvertance avec le fol espoir d’un peu de magie Nothombesque, il s’est retrouvé avec un triangle de Toblerone en train de fondre sur la langue. Les enfants, ne reproduisez pas cette expérience chez vous car il se nourrit aujourd’hui UNIQUEMENT
de chips
de M&M’s
de pâtes au pesto avec une escalope de veau milanaise
de semoule car il aime bien s’en remplir le museau puis me dire « LOOK! VE FOUFFLE DE LA FEMOULE MAMAN »
de baguette de pain (quitte à croquer à pleines dents dans toute baguette qui passe à sa portée, même celle qui sort du cabas de Mémé dans la queue chez l’épicier)(planquez vos baguettes).
Avant, il mangeait des petits pois à tous les repas, jusqu’à ce que j’ai la bonne idée d’acheter ce livre:
20140815.04Caution, Spoiler: A la fin, cette morue en herbe ne mange pas ses petits pois. Depuis, « I don’t like peas » est la réplique préférée du Wombat juste devant « – Do you expect me to talk? – No Mr Bond I expect you to die ». Excellent choix, bravo (pour des bonnes idées de livres, vaut mieux aller par ici hein).
 .
.
Pour le Koala, Dawling m’avait planqué mes Amélie Nothomb, et comme j’avais lu La Poule Pondeuse (j’y mets de la bonne volonté, voyez?), je me suis acheté un livre sur le « baby-led weaning ». Diversification menée par l’enfant en VF, rapport que les purées c’est has been, Josiane. I.e il faut faire des morceaux afin que le bébé se les puréïse lui-même à la sueur de ses petits doigts potelés. OU ALORS si y a de la purée, c’est l’enfant qui tient la cuiller et qui doit la trempouiller mâchouiller crachouiller lui-même personnellement.
 .
Dans le livre, ils disaient: Pas besoin de chaise-haute, le bébé a besoin de support pour se tenir bien droit et pas s’étouffer, mettez-le sur vos genoux. Et éventuellement, prévoyez un tablier, il peut y avoir, les première semaines, un peu de projection de bouffe.
.
EVENTUELLEMENT. T’AS RAISON, Gill.
 .
J’hésite à faire installer une bonde de douche au plafond de la cuisine vue l’étendue des dégâts, même.
 .
Mes copines qui ont des bébés bien élevés qui
ne ricanent pas nerveusement après avoir fait Pffffffrt la bouche pleine de yaourt
ne suçotent pas leurs mains baveuses-carotteuses avant de replacer ma mèche rebelle
ne prennent pas leur gamelle pour un chapeau melon
tiennent parfaitement leur cuiller avec le petit doigt levé
le tout probablement en récitant leur table de 7
m’ont conseillé d’investir dans des bavoirs jetables et de mettre un journal par terre.
 .
A ce stade, il nous faudrait également une chaise-haute jetable, des habits jetables et des cheveux jetables.
 .
Sans compter qu’avec le lardon sur les genoux, t’es en première ligne et sans défense quand il te masse le cou au jus de pêche ou te colle son bâtonnet de carotte dans l’oreille gauche. Dans le feu de l’action, il y a aussi 78% de chance pour que le grand arrive avec un cas de « FIX IT MUMMY, Il est tout cassé mon crain, l’ai tombé dans mon pipi des toulettes. Je l’ai un peu essuillé dons ta serwouette mais it’s not working » => tu étales la bouillie de toast bien fondante dans le boitier des piles, tout en essayant de n’éborgner personne avec le tournevis de forme triangulaire qui veut jamais visser (#ceuxquisavent), pendant que le bébé te glisse des mains tel la savonnette moyenne pour finir immanquablement la face dans l’assiette et la chaussette dans la tasse d’eau.
.
BLWTu verrais pas un jaune moutarde pour le mur de la cuisine, toi?

.

Dans mon livre, ils disaient aussi: les brocolis c’est super, ils ont une poignée intégrée, on peut les tenir par la tige pendant qu’on grignote la fleur (il doit aussi y avoir un terme technique en Français pour les espèces de fleurs de brocoli là, mais je suis pas docteur ès légume-qui-sent-le-prout)(bougez pas je tape « Anatomie du brocoli » dans google). Vos bébés vont A-DO-RER.

En plus, ma belle-sœur – qui fait des gâteaux Flash Mc Queen et Pokemon pour vous situer le degré de perfect-parentalitude – me dit: Oh bin moi mes enfants – qui ont marché à 7 mois et demi, sont couchés tous les soirs à 19h45 et ne savent pas ce que c’est que la télé, pour vous situer le degré de faux-nainitude – leur menu préféré c’est des brocolis vapeur avec une papillote de poisson blanc assaisonné d’un filet d’huile d’olive.

Alors, moi, vous me connaissez, je pense que le brocoli est le suppositoire de Satan en costume vert avec des fleurs, mais je suis docile comme garçon, JE FAIS. Je fais donc une branche de brocoli à la vapeur au péril de ma santé mentale et de l’odeur corporelle de la cuisine de ma mère. Et je mets des gants et un masque de chirurgien – tout en gardant un air parfaitement naturel et détendu -pour l’attraper et le tendre au Koala. Qui, innocent telle la neige du Kilimandjaro, se saisit de la tige, et se met les fleurs dans la bouche avec élan.

Bin, comment te dire, Gill?

A cette occasion, on a découvert que cet enfant a été monté avec Mégaphone intégré – on l’appelle désormais Arlette Laguiller – il nous a expliqué posément à en faire péter la vitre de la cuisine que Y A EU UN ATTENTAT AU PROUT DANS MA BOUCHE, OSKOUR QUE QUELQU’UN ME PASSE UN KARSHER, JE SUIS AU BORD DE LA MORT ET LES FLEURS DE BROCOLI ME RESSORTENT PAR LES NARINES. Pendant 25 minutes. J’ai tenté le doigt trempé au nutella et le chocoletti pour faire passer le goût et me racheter mais c’était trop tard.

Me demande s’il a pas déposé un dossier d’adoption en Sibérie Orientale.

.

 – Et alors ça marche la DME? Il mange bien?
– Supère, au top, il est gras bien dodu comme un cochon. Mais on a dû engager le GIGN de lutte anti-brocoli quand même, au cas où. Et sinon tu connais un bon plombier? C’est pour le plafond de la cuisine.

Publicités

In bed wiz ze Wombat

D’un commun accord avec lui-même personnellement, ça fait maintenant 3 ans que notre Wombat dort nuit après nuit dans le lit conjugal. Lit conjugal déjà occupé par un Dawling aux orteils géants (et griffus), rappelons-le.

.

Moi à la base, je suis pas contre le cododo, même que mes parents peuvent trop rien dire, vu que dans leur lit conjugal à eux, on était 9: Le père, la mère, 3 enfants, 1 chien et 3 chats (C’était trop bien, surtout l’été quand il faisait 35 degrés la nuit) (sauf quand le chien ou mon frère avaient des crises d’aérophagie).

.

Mais là, on est quand même en présence d’un Wombat-Maurice qui pousse le bouchon un peu trop loin, voyez?

.

Par exemple, génétiquement parlant, le mini-Dawling a hérité de ses wonder-pouvoirs de l’ongle qui pousse de 4 cm en 2h, et il en est pourvu des orteils ainsi que des doigts de main. Mais alors que Dawling est extrêmement discipliné des orteils du fait de sa stricte éducation anglaise (jamais un orteil plus haut que l’autre, JAMAIS), les orteils du Wombat sont en free-style permanent, avec une attirance préférentielle pour:

– Nos yeux, classique hein. Ça requiert une certaine souplesse mais je vous assure qu’il se débrouille comme un ninja furtif professionnel;

– la peau fine du cou; là où c’est facile, il suffit d’effleurer pour qu’on se retrouve balafrés de haut en bas telle l’Al Capone moyen;

– le gras de la bouée ventrale qui dépasse (NDLR: Dawling a pas de bouée ventrale, cet égoïste);

– le nichon.

Pour ce dernier, c’est LA traque nocturne, la grande aventure de la nuit. C’est rapport au fait que quand j’ai finalement réussi à sevrer ce petit chameau, après 8 mois de lobbying et de lutte au corps à corps pour la libération du nichon, il a accepté MAIS A UNE CONDITION. On a donc un gentleman’s agreement (enfin en tout cas moi j’ai rien signé, RIEN, MAURICE!) qui dit que: le Wombat a droit de triturage acéré de peau délicate des seins et d’extension de tétons entre ses doigts en mode pince coupante à volonté. Ça le réconforte, il faut le comprendre. Par exemple, au cas où un gros monstre velu viendrait lui pincer le tutu par inadvertance,  PAR LE POUVOIR DU NICHON ANCESTRAL, JE DETIENS LA FORCE TOUTE PUISSANTE, HAHA t’es trop feinté, le monstre.

Tout contrevenant à cet accord  est immédiatement savaté.

Bon, j’ai quand même échappé au pire, vu la tête des tétines de bibi en ce moment:

20130819

Il en consomme environ 6 par jour, je vais prendre des actions chez MAM.

(Une fois la tétine entaillée, notez qu’il hurle à la mort en secouant bien pour mettre du lait partout jusqu’à ce qu’un de ses esclaves en présence aille lui en chercher une autre).

.

Brèfle.

 

Entre  ses manœuvres d’escalade, de retournement et de faufilage sous couette avec arrachement soudain de l’oreiller pour atteindre le Graal nichonesque, le Wombat dort un peu (parfois).

Et là je pense qu’on a légèrement abusé des cours de Gymboree, vu qu’il a un sommeil UN PWAL agité.  Je pense qu’éventuellement on peut tenter une carrière de natation synchronisée ou bien de Nadia Comăneci, vu l’amplitude et la souplesse des mouvements.  En d’autres termes on se fait marave la face à tour de rôle toute la nuit.  

Avec Dawling, avant, on faisait de l’emmaillotage en couette, qui consiste à en faire 3 tours autour de l’enfant pour momentanément immobiliser ses petits membres musclés. Mais avec le temps il est devenu hyper performant sur le démomifiage, donc on avait plus qu’un temps de sommeil d’environ 16 minutes entre 2 enroulages.  Et récemment il a mis au point une technique dite du kick-boxing express de la couette par rétropédalage, qui n’est pas sans dommages collatéraux si l’enrouleur se trouve encore dans la vicinité. La technique a dû être abandonnée.

 

Heureusement, on a de la chance, il met fin à la magie de la nuit vers 5h00, quand c’est le moment de hurler MAMAAAAAAM, TETOUUUUUUUUUUUUU, vu que le Wombat doit être croisé avec un lémurien nocturne.

 

Mais sinon comme dirait Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, partager le sommeil avec bébé permet de répondre à son besoin constant de présence et de chaleur humaine sans délai et sans fatigue pour la mère.

 

Oui bonjour, j’ai acheté un livre et je voudrais DEMANDER UN REMBOURSEMENT.

Ou retourner le Wombat, éventuellement. Doit y avoir un défaut de fabrication.

 

 

 

Pour la propreté, je pense que je vais faire la méthode Gina Ford

Nous avons passé ce week-end avec un Wombat en zlip, i.e. couche free. Vous allez pas me croire mais depuis que son petit tutu est à l’air libre dans la douceur molletonnée d’une culotte Lightening Mc Queen, notre vie est une palpitante aventure. Pour lui surtout. Nous on est surtout angoissés MIT on sent le vieil ammoniac pisseux toute la journée (dans le meilleur des cas).

 

Première épreuve, dimanche, vers 11h30, dans les magasins. J’étais chez le marchand de lunette, rapport que le Wombat s’est assis sur ma paire, dont le verre tiens difficilement momifié dans du scotch (c’est ravissant).

J’ai tenté avec du washi tape pour un effet classe +++, mais malheureusement on ne voit pas tellement bien à travers le washi, donc j’ai dû abandonner l’idée.

 

Du coup, 3 options :

  1. Lunettes avec scotch. Moyen.
  2. Lentilles : OK, mais au prix de vouloir m’énucléer les nœnœils toute la journée à la cuillère rouillée tellement je suis une chochotte des yeux et je supporte pas. Après environ 2h, de rage, mon œil gauche éjecte systématiquement sa lentille de toute façon.
  3. Paire à un euro de plus de rechange. Qui en fait était pas paire principale, très très joulie hein, MAIS qui refuse absolument de rester sur mon nez. Sta dire, je tourne la tête vers la gauche (délicatement hein, tu me connais, on peut pas vraiment me qualifier de nerveuse comme garçon), FLAP => lancé de lunettes à 30 mètres. Je regarde mes pieds / un dossier sur mon bureau, FLAP => lunettes explosées par terre. UBER pratique.

 

En ce dimanche matin, j’avais opté pour la solution numéro 3, vu qu’après un samedi à porter des lentilles, mes yeux c’était Beyrouth sous les bombes de sang.

 

Mettons nous en situation. Je suis en train de parler avec le vendeur de lunettes. Quand soudain un cri retentit : MAMAAAAAAN, POOOOOTTY !!!! A ce stade, j’ai  un délai d’environ 32 secondes pour trouver des twalettes, déboutonner le patalon et l’asseoir suffisamment en arrière pour pas que le zizi facétieux vise ledit patalon par le truchement de l’inadvertance. On part en courant, je tiens mes lunettes d’une main et la petite main du Wombat dans l’autre. Le Wombat tiens ma main d’un côté, et son zizi de l’autre. Par chance, il y a des twalettes juste next door et on se faufile à l’intérieur.

 

Et là, tout s’enchaine très vite :

–          Tombage de mes lunettes dans la cuvette

–          Encastrage du Wombat sur la lunette

–          Opération pipi déclenchée.

 

Premier #fail de la journée – j’ai dû aller à la pêche aux lunettes dans des twalettes publiques pleines de pipi. Bon mais au moins, le Wombat, lui, était au sec.

 

 

14h. On est de retour à la maison. On est en train de réunir nos trouvailles du matin (3 mètres cubes de fringues et de petites voitures pour le Wombat, quedalle pour nous, comme d’habitude) et de les désencastrer de la poussette. Quand soudain un cri retentit : MAMAAAAAAN, POOOOOTTY !!!! Je choppe le Wombat pour le porter en haut des escaliers en urgence, vu que sa vitesse de mouvance est de une marche de l’heure en montée (12 de la seconde en descente, sur le tutu la plupart du temps). Comme il est à cheval sur mes hanches, il peut pas se tenir le zgueg. PAF, réchauffage soudain de mon côté droit : il m’a pissé dessus, ce pti enfoiré.

 

15h45 . Je me suis changée. J’ai retenté les lentilles forte de mon expérience du matin. Mon œil gauche pleure beaucoup et affiche une belle couleur écarlate tirant sur le bordeaux. Je suis chez l’une des French Mums, le Wombat timide soudé à la jambe. Quand soudain un cri retentit : MAMAAAAAAN, POOOOOTTY !!!! Je me précipite aux twalettes en trainant le Wombat par terre (Il peut se gratter, Marcel, pour que je le porte). Je le pose sur la lunette spéciale bébé de ma copine : OUF on est arrivés just in time. Mais c’était sans compter que ladite lunette a visiblement pas été conçue par un ingénieur en aéronautique au fait de l’aérodynamique du zizi wombesque, i.e. le zizi du Wombat au lieu de faire pipi dans le trou est dirigé à pleine puissance à l’encontre de mon œil gauche. Qui éjecte ma lentille dans un réflexe pavlovien.  Le Wombat, pragmatique bien que mort de rire, me tend un morceau de PQ de 1 cm carré et commente : OH LALAAAAA, l’était collé ce zizi maman, partout partout le pipi !

Ouais, merci, j’ ;avais bien compris là. Tiens j’en ai dans les cheveux aussi. Et le décolleté.

 

La classe à Dallas devant les French Mums, c’est nous, toujours.

 

La naissance, ce moment merveilleux #2

Le début de ce récit palpitant et émotionnant est ici.

 

A 22 heures ce samedi soir, moi j’aurais dû être dans le restaurant gastronomique d’un hôtel de lusque de Richmond, au bord de la Tamise, que Dawling avait réservé pour notre anniversaire de mariage.

 

A la place, j’ai mangé des chips au vinaigre et du snickers fondu de contrebande de la machine à café. Mais c’était merveilleux. Car depuis que j’ avais renoncé à Chantal (c’est ELLE QUI A COMMENCE), et que j’avais eu ma péridurale, j’avais plus mal au dos, j’avais plus mal au ventre, j’avais plus envie de vomir, et j’avais même plus besoin de me lever pour aller faire pipi comme toutes les 23 minutes depuis 3 mois. Une sage-femme était à disposition pour m’apporter à boire, me regonfler mon coussin et me faire des bisous à la main si nécessaire. J’avais le lit pour moi tousseul, Dawling pouvait bien se débrouiller avec son fauteuil tout pourri, moi je parlais aux oiseaux (des restes de la morphine sans doute).

 

Mais ça n’a pas duré, ma pauvre Geneviève. Car Chantal est reviendue se venger, et sa colère a été terrible.

 

Le lendemain matin à 6 heures, j’ai dû dire adieu à la merveilleuse sage-femme qui a été remplacée par une autre. La nouvelle avait apparemment été formée à Guantanamo : On était plus là pour rigoler, voyez ? Or, malgré le monitoring des contractions qui affichait un 42 sur l’échelle de Richter toutes les 3,5 secondes environ, au niveau du col, c’était la  mer des îles Grenadines, QUEDALLE.

 

Comme il fallait bien lui faire les pieds à ce col récalcitrant, PAF, elle est allée lui chercher la perf d’ocytocine sous les ricanements de Chantal.

 

A 11h, elle a décrété que voilà, on avait qu’à dire que j’étais prête à pousser, vu que les 24 heures fatidiques après la perte des eaux allaient plus trainer et qu’elle avait pas l’habitude de se laisser faire par  les mollassonnes du col comme moi.

 

Là moi je me suis rappelée de cette bonne vieille Chantal, et j’ai demandé si on pouvait vraiment pousser comme il faut sous péridurale, vu que j’avais pas l’impression de ressentir grand-chose.

 

Elle a dit : NON. Et elle a éteint la péridurale, PAF. Bien fait pour moi.

 

Au bout de quelques minutes, j’avais toujours pas envie de pousser, par contre j’avais super envie de me foutre en l’air vu comment j’étais de nouveau en train de décéder vivante sur place. Marie-Thérèse la sage-femme a alors pris les choses en mains en s’asseyant sur mon bras perfusé (elle et ses 240 pounds de tutu) puis en me coinçant les doigts dans l’articulation du lit. Fallait que je me bouge le séant, que j’arrête mon cirque et que je me mette en levrette. Ordre du général.

 

Scoop : Se mettre en levrette avec la colonne vertébrale brisée et la perf emmêlée, ça atténue pas tellement la douleur, en fait. Pis là, il a fallu pousser. Sans péridurale, sans avoir envie, et sans qu’il se passe jamais rien. Je sais pas exactement combien de temps s’est écoulé (looooooooongtemps), occupée que j’étais à vomir / pleurer / tenter de sauter par la fenêtre / feinter le tutu de Marie-Thérèse qui était irrésistiblement attiré par  le moelleux de mon bras perfusé.

 

Mais au bout d’un moment, Dawling a dû finir par dégotter un bazooka et faire venir de l’aide. Une autre sage-femme de 12 ans et demi m’a annoncé qu’on partait au bloc, mais que du coup, une fois qu’on y serait,  ils allaient devoir me faire une rachianesthésie. Et elle a commencé à me lire les 8 pages recto-verso du consentement éclairé du patient sur tous les effets secondaires du bouzin (en Anglais, mais bon à ce stade et dans mon état, ça aurait été du Ouzbek occidental que j’aurais pas mieux compris). Elle avait aussi l’air assez embêtée parce qu’ils trouvaient pas de pantalon à la taille du pti postérieur du Dawling, ça va tomber Monsieur, ou alors faudra bien serrer la ficelle mais ça va bailler au niveau des cuisses. (REALLY ?? )

 

Ensuite, il me semble qu’on a traversé l’hôpital sur une route non goudronnée avec beaucoup de nids de poules pour atteindre le bloc opératoire, ce passage est un peu flou. Mais en tout cas, j’ai pas réussi à mettre fin à mes jours en me jetant sous les roues du brancard, vu qu’arrivés de l’autre côté j’étais toujours au bord de la mort, en train d’essayer de les insulter mais vas-y, rappelle-toi de ce qu’ils disent dans les films de Tarantino en Anglais avec la colonne vertébrale brisée en position de levrette.

 

Puis un type à lunettes planqué derrière un masque m’a sanglée et fait une piqûre dans le tuyau de la péridurale, et j’ai ENFIN été soulagée. Par contre j’avais des steaks froids à la place des jambes et les bras attachés, on peut pas dire que c’était aussi jouissif que la première fois.

 

Il s’est avéré que le Skips était pas du tout en position mais au fond du couloir à droite en train de regarder ailleurs. Il a fallu lui remettre la tête dans l’axe et aller le chercher avec des couverts à salade (c’est joli comme petit nom pour des forceps, nan ?).

 

Mon Womnbat est né à 15h12.

On me l’a rapidement montré mais je l’ai pas vu tout de suite, parce que j’avais pas mes lunettes.

Dawling est allé le surveiller pendant qu’on l’examinait,  et puis on l’a enveloppé dans un linge et on me l’apporté.

Il avait les cheveux orange dressés sur la tête, les marques des forceps et il sentait le bacon grillé (l’odeur la plus délicieuse du monde). Il a pas voulu manger, mais il s’est endormi sur moi en ronronnant un peu (le bruit le plus délicieux du monde).

 

Le temps s’est arrêté.

La naissance, ce moment unique. TA GUEULE CHANTAL

Ca fait une semaine que nous sommes 3, avec un petit Wombat tout neuf.

Et vous vous rappelez quand Florence Foresti parle de la boucher… euh, du bonheur que c’est un accouchement? Haha, moi je me disais, encore une qui a pas lu Chantal Birman, pffff, la pauvre.

Hum. Alors je pense que je vais revendre le livre en fait, voire demander à Chantal de bien vouloir me REMBOURSER. TOUT DE SUITE.

.

Moi on m’avait dit: Tu vois, dans les films, les accouchements c’est nul. D’abord la fille, elle perd les eaux, après elle se met à hurler de douleur, elle fonce à la maternité dans un taxi, pis elle accouche dans des douleurs insupportables. Sache qu’on perd pas les eaux, c’est un effet de cinéma, et que la douleur, c’est très progressif et si on a pas peur c’est très supportable, voire agréable pour certaines femmes. Ah bon? Ca tombe bien, moi j’ai trop pas peur, haha, comment je vais trop accoucher facilement en 5 mn avec le brushing impeccable.

.

Samedi matin, je me réveille, il fait un temps merveilleux. Premier jour du congé maternité, et avec Dawling, sachant que peut-être faudra attendre quelques jours après la naissance (HAHAHA) avant de pouvoir de nouveau se faire un pti tour de poney, hop, on tente. ERREUR. Bon, mais c’est pas grave, rien n’entamera ma bonne humeur, même pas cette impression d’avoir eu une décharge électrique de 453 volts dans le fondement. On a réservé un bon resto où on a nos habitudes. Je commande une côte de veau à la Normande car il fait jamais trop chaud pour la crème fraiche d’Isigny. Je mords dans la première fourchette avec bonheur quand soudain, quelqu’un allume un tuyau d’arrosage PILE entre mes jambes, et les pieds de la table, les chaussures de Dawling, et la moitié du sol du resto se retrouvent inondés. Pas besoin de lancer des recherches archéologiques, la fuite vient de Skips. Faut rentrer à la maison et vu l’état de la pièce, je dois abandonner mon assiette (et on reviendra pas dans ce resto avant quelques années hein) (on portera une perruque blonde et des lunettes noires aussi) (j’espère qu’ils feront toujours de la côte de veau à la Normande).

Arrivés à la maison, on jette deux serviettes et une chemise de nuit dans une valise (les pyjamas pour le bébé, on en a deux ou trois, mais ils sont pas secs je viens de les laver ce matin, hum), et on saute dans un taxi, non sans m’être momifié le tutu pour limiter les dégâts des eaux, NE NIE PAS CHANTAL, LES GENS PERDENT LES EAUX.

Quand soudain, dans le taxi, j’ai l’impression qu’une porte de métro se referme brutalement sur mon ventre et mon bas de dos. J’ai tellement mal que je me dis, la crème fraiche d’Isigny avait tourné, je suis en train de mourir d’un empoisonnement, ou alors je me suis cassé la colonne vertébrale sur ce brise-vitesse, je sais pas, mais en tout cas, je meurs là. Je me mets à hurler, NE NIE PAS CHANTAL, C’EST A HURLER.

Comme j’ai la colonne vertébrale en miettes, je suis paralysée, et Dawling doit me porter dans la salle d’attente de la maternité. Pendant que je hurle. POUR LES MOUVEMENTS LEGERS DU BASSIN QUI ATTENUENT LA DOULEUR, JE PEUX BIEN ME BROSSER CHANTAL.

Et là moi, bêtement, je croyais qu’en arrivant, mon calvaire serait fini, vu qu’on est au XXIème siècle tout de même. QUEUDALLE CHANTAL. Vu que les sages-femmes, elles ont dû lire le bouquin aussi. Et donc elles me caressent la main en disant: Mais non mais non, Madame, c’est rien, ça va passer, vous vous en sortez très bien. La contraction va passer là. Bougez un peu pour voir? Alors bin LA contraction dure depuis une heure, et je vous rappelle qu’avec ma colonne vertébrale cassée, je vois pas tellement comment je peux bouger.

Et là CHANTAL, TON CM DE DILATATION PAR HEURE, bin il est JAMAIS venu. Après 7 heures comme ça, à constater que tout corps à la colonne vertébrale brisée ne se répare pas par magie quand on se met à 4 pour le coller dans un bain, et à me répéter inlassablement « you’re doing very well love, you’re doing very well » pendant que moi je hurle, force est de constater que j’étais toujours PRESQUE à 1.

A ce stade, Dawling, mon sauveur, est allé arpenter les couloirs jusqu’à ce qu’il tombe sur une sage-femme innocente qui avait une ampoule de morphine à la main (car mais non mais non, on peut pas faire de péridurale, rien n’a encore commencé là, Madame, reprenez-vous). La morphine? Ce truc qui fait qu’on romit tout ce qu’on peut, qu’on reconnait plus sa mère et qui abrutit le bébé? MAIS VAS-Y PLANTE LA MOI DANS LA CUISSE CHANTAL. NOW.

Bénie soit la morphine. J’avais quand même un peu moins mal, pis trop sommeil pour hurler, et ENFIN, il y a eu du progrès, ce qui fait qu’après trois heures, ENFIN, l’anesthésiste a pu faire son œuvre. J’ai été sau-vée. Enfin, j’ai cru. J’ai cru que j’en avais assez bavé pour mériter de rencontrer enfin mon Skips et d’oublier instantanément ce calvaire. On est samedi soir, il est 22 heures, et encore une fois, TU M’AS ENDUITE D’ERREUR, CHANTAL.

A suivre…

Les moustiks m’a tuer

Il fait 30 degrés.

La nuit dernière, Dawling a ouvert grand les fenêtres, rapport à la complainte de la femme enceinte dont l’estomac est réduit à la taille d’une noisette, qui a des seins de 22 ètres de diamètres tout congestionnés et qui se coincent partout dès que je tente un changement de position, et qui en plus a du prendre 3 douches la nuit dernière telle le pachyderme se roulant dans la boue à la recherche d’un peu de fraicheur. MONSIEUR serait sans arrêt dérangé, ce pauvre bouchon.

Résultat, je me suis faite manger tucru. Au sang. Partout. Surtout dans les plis de gras. Et là, cet homme charmant, en découvrant mon pauvre corps meurtri au matin, me dit: « Dis donc, les mouskitos ils ont bon goût, hein, héhé, ils ont piqué là ou c’est bien euh….. *réalise ce qu’il est en train de dire – moment de panique – blaaaaaaaaanc* euh…. tendre quoi.

CA VA J’AI BIEN COMPRIS QUE TU VOULAIS DIRE GRAS HEIN. Mais bon j’ai pas relevé, j’étais trop occupée à m’attaquer la peau du cucul à la fourchette à gigot.

Ce qui m’étonne c’est que d’habitude les moustiques, ils préfèrent toujours Dawling. Je dois avoir le sang tout Dawlinguisé à cause de Skip. Ou alors c’est tout ce bacon que je mange à la place du chocolat  *pardon les pitis cochons – c’est pas moua c’est le bébé*, les moustiques, ils aiment ça.

Taloperie de moustiks britons quoi.

Toutempikon et ??

J’ai appelé ma famille qui habite dans le Var, complètement paniquée parce qu’ici ils nous ont dit que tout le monde est mort dans le Var, noyé dans des inondations. Mais en fait ils sont au sommet d’une colline, et de l’autre côté du département alors ils ont vaguement eu un peu de pluie mais rien de très exceptionnel. Genre la petite pluie qui arrive comme de bien entendu quand tu viens d’arroser le jardin ou laver la voiture.

Et puis, ils se sont aperçus de rien, parce qu’ils ont trouvé deux bébés hérissons abandonnés (enfin abandonnés, à première vue) et depuis ils sont en mode HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII et ils passent leur journée à chasser l’escargot pour les hérissons, rattraper les hérissons qui essaient toujours de sauter du balcon, empêcher les chats de faire de la brochette de moustache sur épine d’hérisson, voire stimuler le pee-pee du hérisson MIT coton-tige après renseignements pris sur un site internet « comment-elever-votre-bebe-herisson-abandonne.com ». Ils ont appelé l’ainé des frères hérissons (ce sont des garçons, parait-il que y a pas de doute) Toutempikon. Ils cherchent un nom pour le cadet.

Mais du coup, là, ils savent plus trop quoi faire parce que les hérissons ne savent pas comment attraper des escargots eux-mêmes, et  puis dans pas longtemps ils vont vouloir faire dodo dans le lit de mes parents, ce qui est pas pratique (en plus qu’avec les chats, ils sont déjà 7 dans ce lit). Et ça les plombes, voyez, d’avoir raté l’éducation des hérissons.

Brèfle, c’était juste pour dire, les gens inondés, ils pourraient arrêter de râler un peu, parce que dans le même département, y a quand même des gens qui ont de GRAVES soucis comme mes parents, et qui doivent stimuler l’anus de bébés hérissons suicidaires avec des coton tiges. Alors s’il vous plait, je vous en prie.

Ah ça pique? Bin appliquez une feuille de choux bouillie et dites 2 Je-vous-salue-Marie

Quand j’avais 8 ans, j’avais SUPPLIE ma mère de m’inscrire au catéchisme.

Oui Bon. On était dans un petit village du sud de la France, le catéchisme c’était ZE place to be, toutes mes copines y allaient. Le week-end elles partaient en « retraite » avec mon Dawson perso dans des Abbayes perdues au fond des bois. IL POUVAIT PAS FUIR. Comprenez-moi. 

Le problème du catéchisme, c’est que y avait un piège.  Car en arrivant, on avait la Madame-Hippie, une volontaire qui faisait des feux de bois, nous asseyait autour tous en rond (et collait Dawson à côté de moi, cet innocent) et qui chantait des chansons en grattant sa guitare et en citant sur Le Petit Prince. Mais après quelques temps, on était upgradés, et on passait avec la mère supérieure.  Qui faisait copier 20 fois les prières quand on en avait oublié un bout. Un seul de regard de sa part, et on avait l’impression que les flammes de l’enfer nous léchait langoureusement les fesses. A ce stade, Dawson allait même plus au cathéchisme.

.

.

Samedi, je suis allée au 3ème cours NCT, dont le thème était l’allaitement. Mauvaise pioche, la sage-femme c’était pas la Madame-Hippie des semaines passées. Nononon. C’était la version allaitement de la mère supérieure.

Le premier truc qu’elle a dit c’est que C’ETAIT MEME PAS LA PEINE de lui poser des questions sur le formula (c’est comme ça qu’on appelle le lait infantile MAIS ARRETE DE PARLER DE LAIT, c’en est pas, c’est la nourriture du démon, OK?).  Ensuite, elle avait fait tout un power point pour montrer qu’en Angleterre, tout le monde ira en enfer, vu que malgré les recommandations de l’OMS, personne allaite assez longtemps. Que fallait pas venir chouiner une fois que nos enfants asthmatiques, obèses et couverts d’eczéma réussiront pas socialement vu qu’on l’aura bien cherché. Là, une fille a tenté de glisser qu’en même temps, avec un congé parental de 6 semaines en tout, ça devait pas être facile pour tout le monde. Mais en fait elle aurait mieux fait d’aller se casser un orteil contre une porte blindée. Parce que quand même, faire passser la santé de son enfant après son boulot, faut vraiment pas avoir de cœur, voyez? HOP, un pti power point avec des photos de bébés cromeugnons pour appuyer son argument.

Puis elle a passé une vidéo sur le positionnement dont je me rappelle plus tellement ce que ça disait, vu que mon cerveau est parasité par la conclusion durant laquelle on voit une femme avec des seins de 4 mètres par 8, en frontal, pendant 5 minutes, en train d’utiliser un double tire-lait. Avec le lait qui déborde et qui goutte et y en a partout, et elle a même plus assez de langes pour essuyer tout ça, et elle souffre et elle grimace et elle pleure MAIS c’est pour son bien.

And don’t forget: Si ça marche pas, c’est ta faute Roger, c’est que tu positionnes pas bien, seules 2% des femmes n’ont pas assez de lait, les autres c’est qu’une question de motivation, alors motivez-moi toussa, bande de mollassonnes.

.

.

Pourtant, à la base, elle prêchait une convertie hein. Mais je suis pas tellement sûre qu’elle en a convaincu beaucoup (Je crois qu’une des filles court encore). Moi par exemple, je vais ptet renvoyer mon tire-lait et m’enfuir avec Dawson en fait.