drenka & Dawling se marient #2: Quand je me suis déguisée en princesse

Quand on se marie, il y a un genre de bizutage obligatoire. C’est que le matin même (vers 8h12), faut aller chez le coiffeur.

.

Pour allez chez le coiffeur, équipement nécessaire

  • Des cheveux (rigole pas, c’est pas facile d’avoir des cheveux de nos jours)
  • Le serre-tête à Emma-l-entremetteuse
  • Une photo de chignon, car sachez que le chignon est OBLIGATOIRE pour se marier Madame, c’est comme ca, MEME si t’as 3 kg de double menton, eh OUI. C’est kiki le boss? C’est la COIFFEUSE, CHEF.

Inutile de  dire que c’est la veille, de 2h16 à 3h49 de la nuit, qu’avec Marie, on a fait 36.15 chignons de mariée. Pour faire réaliser celui qui me plaisait, il  fallait juste que les cheveux de Carrie Bradshaw me poussent pendant la nuit mais ça va, hein, t’es coiffeuse ou t’es pas coiffeuse?

Inutile de préciser également que nous voilà arrivées chez le coiffeur sans les cheveux de Carrie, mais aussi sans le serre-tête vu qu’on a pas eu le temps, et sans les photos du chignon qui étaient restées à côté du cendrier à ma maison. Du coup, on s’est bien fait appeler Marcel par la coiffeuse qui m’a un peu ratée par le truchement de la vengeance, mais avoue que j’avais bien mérité.

.

Et là, j’ai cru que j’étais tirée d’affaire, maintenant que j’avais une pièce montée greffée sur la carafe (264 épingles et 8 litres de laque au bas mot) (à ce stade, je rappelle que mes cheveux sont au nombre de 4,5), mais en fait, NAN. Car à l’étage, la coiffeuse, elle fait aussi maquilleuse. On t’a pas dit? C’est OBLIGATOIRE de se faire maquiller pour se marier. (Ah bon? Mais parce que moi j’aime pas me maquiller et… TA GUEULE, c’est dans le package. Ah, OK).

.

Je vous retranscris la scène insoutenable qui a suivi:

– Alors comme je ne me maquille jamais, je voudrais du Nude s’il-te-plait Madame (je me maquille pas mais je lis les blogs de filles, je connais les termes techniques et tout, t’as vu?).
– Et allez. Peau grasse, cernes jusqu’au cou, des boutons et du Nude et vas-y démerde-toi. Et je fais COMMENT MOI?
– Ah. Bon bin en tout cas, j’aime pas trop le fond de teint à cause de mes taches de rousseur, et…
– PAS DE FOND DE TEINT? PAS DE FOND DE TEINT? Vous irez pas vous plaindre APRES que vous avez une tête de cul sur les photos hein. Moi j’aurai essayé. Les taches de rousseur, c’est pas un problème, on cache les vraies, pis on refait des fausses par-dessus alors faites pas l’enfant.
– Ah. *sue de la raie des fesses*. Bon. Et les yeux on peut faire du beige et brun?
– Ouais. FERMEZ

PAF, grand coup de pinceau dans l’œil de moi-même – Une larme s’en écoule lentement emportant tout sur son passage comme de bien entendu.

– AAAAAAAARGH, mais ARRETEZ de pleurer, vous me salopez tout là.
– Pardon PARDON PAAAAAAARDOOOON (ouvre un œil, j’ai la tête à Mohammed Ali après sa défaite contre Frazier en 71 (je veux dire je suis violette à tendance rose fuchsia sur les bords avec du jaune par-dessous quoi) (fais un effort).
– Euh non, mais, pardon de vous demander de m’excuser mais, c’est pas trop trop beige la quand même?
– Non. J’ai changé d’avis.
– Ah bon? Mais parce que moi j’aime bien beige quand même et…
– RHAAAAAAAA, PTIN, voilà, les gens, ils te demandent de les maquiller et après ils choisissent tout. PTIN!
– PAAAAARDOOOOOOON.

.

Marie, pendant ce temps-là, devait se dire en fort intérieur que YOUHOU, tu vas réagir, Paulette, au lieu de te laisser marcher sur les Jimmy Choo comme le poulpe de base? (Soit dit en passant, heureusement que les poulpes portent pas de Jimmy Choo, parce que 4 paires de pieds à chaque fois, je te dis pas le montant du découvert que papa poulpe devra combler après. Hum. Bref).  Puis, son tour est venu.

*musique dramatique de John Williams*

– OUHLA, beh faut prendre le soleil là, Madame hein. C’est IM. MONDE.
– Snif. Euh, promis je vais trop prendre des cours de rattrapage. Et sinon, en fait, je me demandais, vous pourriez faire quelque chose pour ce bouton, là?
– Certainement PAS, Madame. Il est affreux, on ne voit que ça et on ne peut rien faire, ce serait encore pire.
– Ah? Parce que moi d’habitude, quand je mets un peu de poudre ici, j’arrive à ….
– NAN. J’ai dit. Toute manière ça vous apprendra à pas vous démaquiller hein. Vous avez du noir jusqu’au cou, après faut pas s’étonner.
– Non mais c’est parce que, veille de mariage, un peu picolé tout çaet…
– VEUX PAS SAVOIR. Pis d’abord, vous vous êtes lavée avec quoi?
– Du…. savon?
– J’en étais SURE. Donc vous vous lavez les pieds et tout de suite après la tronche, avec la même chose.
– Non mais je….
– RIN DU TOUT. BIEN FAIT.

.

Nan, mais ca va. Je te rassure. On était les plus belles tfacon. Tfacon mon père cassait la gueule à tous ceux qui disaient pas qu’on était les plus belles, alors tu vois.

20080712.02

drenka & the city: épisode 8 – MEAT TIME

200711281. Comme des garçons
2. Chelsea Market
3. Corner Bistro
4. 66, Perry street
5. Grove street and Bedford
6. Union Square
7. Flat Iron

Qu’est-ce qu’on dort bien dans cet hôtel dis donc, levés 11h, ça y est on a enfin surmonté le jet lag dis donc (ça tombe bien, c’est le dernier jour).

Et direction le Meat Packing district: C’est l’ancien quartier des docks où on recevait les marchandises et qui est le nouveau quartier à la mode: Les vieux entrepôts sont tous rachetés et transformés en galeries d’art ou en « concept store » avant-gardistes. Tellement avant-garde, qu’au début, ton Dawling te regarde de son air suspicious, vu que, y a RIEN, ici. Genre ça j’aurais des problèmes d’orientation (hum). Et en effet, les fenêtres sont barricadées, les portes fermées, la rue déserte… en fait,  tout est caché, et faut presque aller sonner aux vieilles portes désaffectées pour voir qu’il y a un trésor caché derrière, étrange… Mais par exemple, ça c’est l’entrée de Comme des Garçons:

 20071128.01

.

Par contre, vous le savez, (et si vous le savez pas je me chargerais de vous le rappeler en me roulant par terre de crise de colère hypoglycémique à midi douze), moi en voyage, on me trouve toujours dans les marchés de bouffe. Voire dans les supermarchés, même, des fois. Et là STRIKE, dans le Meat Packing district, il y a le Chelsea Market, avec en vedette, un immense magasin qui ne fait QUE du homard, et un pot de 5kg de Nutella, youhouuu (ça pas l’air mais je te signale que le Nutella, c’est de l’or ici, y en a PAS) (Pauvres gens).

20071128.02

.

Et juste à la sortie, l’INSTITUTION du Burger, le Corner Bistro. Là aussi, on a failli le rater, vu que c’est une petite entrée, un bar à gros barbus tatoués se font couler du jus de viande sur les genoux en mangeant à même une assiette en carton, et la salle à l’arrière a environ 3 places et demi. Mais je te dis que tu croque dedans, t’es à deux doigts de manger l’assiette en carton avec.

20071128.03

Là, Dawling a cru que j’en avais fini de le gonfler avec Carrie Bradshaw et Monica Geller mais PAS DU TOUT. Bicoz Chelsea et Greenwish Village, c’est par là qu’habitent les Friend’s (au coin de Grove et Bedford), pis pas loin, il y a le VRAI perron de Carrie (au 66, Perry Street), qui habite pas du tout chez les riches de l’Upper East Side en fait hein…

.

Et voilà, ce sont nos derniers moments at the Big Apple… un dernier petit détour pour voir le Flat Iron (ça m’apprendra à avoir un Dawling un peu architecte ça tiens), en passant par Union Square ou c’est que y a un Toys R’ Us de 800km2 et un Whole Food (temps d’arrêt, 2H, hum), et pis Taxi jaune pour l’hôtel et puis JFK…

 20071128.04

Bye Bye Nouillorque!

drenka & the city: épisode 6 – Chasser les écureuils de Central Park

20071127

1. Guggenheim museum
2. The boat House
3. Le MET

Mon Dawling, en plus de ressembler à Bond, James Bond, d’être un peu agent secret, de prendre de soin de moua comme une princesse royale et d’être avocat anglais, il a aussi fait des études d’architecte (comme je te le dis) (je rappelle que c’est moi qui l’ai vu avant alors dégage, grognasse). Et par le truchement de la conséquence, il voue un culte à Fanck Lloyd Wright, et il pouvait pas tenir une seconde de plus dans aller faire un bisou au Guuggenheim Museum. Et c’est malin, mètenant moi aussi je voue un culte à Franck-Chouchou: Le musée est un genre de toboggan géant, on va tout en haut, et ouiiiiiii on descend en spirale en regardant des œuvres d’artistes contemporains sur le chemin. Sauf qu’on doit descendre en marchant et que ça glisse pas et que même pas les vigiles ont voulu nous laisser courir en criant pour descendre = Casse-nouilles qui ont rien compris à l’esprit à Franck-Chouchou.

.

Par contre, moi, en plus d’avoir la chevelure chatoyante de Carrie Bradshaw et ses Louboutin (NOT), j’ai passé 4 ans de ma vie à baver sur Mister Big, et du coup, le culturage de musée, ta va bien 5 minutes. Je pouvais pas tenir une seconde de plus sans aller au restaurant de Central Park où Mister Big tente d’embrasser Carrie qui tente de se dégager et tombe dans le lac  (moi j’avais prévu de pas tomber dans le lac par contre): The Boathouse, où on peu manger des huitres au coin du feu d’une cheminée et regardant le lac et en se faisant des papouilles d’intérieur de bras. Dawling mange pas d’huitres mais ça marche aussi avec un burger au gros cornichon (car ils sont obsédés du gros cornichon de burger dans cette ville), sauf qu’au lieu de te faire tomber du jus d’huitre dans le décolleté tu y fais tomber du ketchup.

20071127

Central Park, où on peut courir et regarder les écureuils espiègles se rouler (nus) (en riant) dans les feuilles couverte de rosée matinale…

.

Et où dans sa quête sans fin de musée, Dawling m’a finalement emmenée au Metropolitan Museum of Art: tu croyais que t’avais tout vu, bin nan, PAF. A Nouillorque ils sont quand même drôlement forts en art contemporain, en fait. Là, il y avait de l’art aborigène, je voulais y passer la nuit.

drenka and the city: épisode 5 – Onion and cheddar soup

20071126


1.MOMA
2. Magnolia Bakery
3. Bergdorf Goodman
4. Bloomingdale’s Department Store
5. Barney’s
6.The Carlyle
7. La maison de Carrie Bradshaw
8. Dawat Indian Restaurant

.

Mes copains avocat du 8ème de quand j’avais des amis riches me disaient toujours: Oh là là, je vais plus aux expos d’art contemporain à Paris moi, trop de queue. Faut aller à New York. Au programme ce matin: Le MOMA. Bon je suis à deux doigts de coucher sur mon testament que je veux être enterrée au MOMA, moi. Au pied d’un Rothko (je suis une grande fille toute simple moi). Le problème du MOMA, c’est que tu sors de là rendue complètement vulnérable par tant de beauté quand PAF, à la sortie, il y a le magasin du MOMA. Je pense qu’il va falloir penser à acheter une nouvelle valise là…

 20071126.01

Pour se remettre de nos émotions et des émotions qu’a subies la carte bleue du Dawling, je l’ai trainé à la Magnolia Bakery pour prendre un ptit cupcake: je le méritais bien car pour le petit déjeuner ce matin j’avais juste commandé un chocolat chaud. Or ici,  ce sont des cannelle junkies, donc un chocolat chaud est composé à 93% de cannelle, à 6.5% de crème fouettée et à pas beaucoup de pourcents de chocolat *frustration*. Bon bin un cupcake de la Magnolia Bakery *sans cannelle*, ça te requinque son homme hein! Je comprends pourquoi Miranda et Carrie y vienne en cas de chagrin d’amour.

MAIS ATTENTION: On fait pas les choses à moitié: Si t’es d’humeur Carrie Bradshaw, faut aller jusqu’au bout de ta démarche: Et donc PAF, shopping time sur la 5ème Avenue et aux Department Stores:

Perso, j’ai trouvé que on y vendait BEAUCOUP trop de chemises à carreaux, et pas tellement assez de Jimmy Choo.

Et puis une pitite marche dans l’Upper East Side avec les riches, pour aller boire un cocktail dans le bar Jazz  de Woody Allen  (Du piano live, un Bloody Mary et la main dans le zlip au Dawling =BONHEUR), voir la maison de Carrie, et  finir dans un restaurant Indien romaaaantique (çui qu’on avait réservé y 3 ans….).