drenka &the city: épisode 7 – Jaaaazzz

Ce soir avec Dawling on s’est fait plaisir, on a déménagé nos pitites affaires du ptit POD Hotel pour aller dans un hôtel trendy moumoutte: le Hudson Hotel. Ca ressemble à ça:

 20071127.02

Y a une salle de billard (où c c’est que le Dawling m’a ratatiné le cul) (au billard hein)(m’enfin!), une bibliothèque, et même un terrasse privée, c’est *lusque*. La chambre est toute petite, mais assez grande pour avoir une  baignoire au pied du lit et prendre un bain moussant, pour être dans la force de l’âge de la forme de notre prime jeunesse et aller voir un concert de Jazz au Lincoln Center juste à côté.

.

Parce que les gens, à Nouillorque, ils sont aussi drôlement forts en Jazz.

Moi à la base, avec mon frère, on était interdits de chorale tellement on chante comme deux casseroles rouillées en zinc et on a été élevés à France Inter, ce qui fait que les jours de chance, au mieux, on pouvait entendre Vincent Delerm. C’est dire si on a l’oreille et la culture musicale dans le sang. Du coup, mon frère il écoute uniquement John Williams en boucle, et moi, je dois faire une formation accélérée avant que Dawling ne découvre la supercherie et me jette comme une chaussette orange à rayure.

Du coup, le concert de Jazz, j’y allais un pti peu à reculons, voyez?

Bin ce coup de pelle que j’ai pris! Un groupe de 5 Ray Charles qui se marrent comme des pingouins (c’est contagieux),  qui te jouent de l’instrument depuis la chaise d’à côté et qui viennent partazer ton verre de Gin Tonic à la pause, aaaargh je voulais partir avec eux en tournée moi!

Publicités

drenka & the city: épisode 6 – Chasser les écureuils de Central Park

20071127

1. Guggenheim museum
2. The boat House
3. Le MET

Mon Dawling, en plus de ressembler à Bond, James Bond, d’être un peu agent secret, de prendre de soin de moua comme une princesse royale et d’être avocat anglais, il a aussi fait des études d’architecte (comme je te le dis) (je rappelle que c’est moi qui l’ai vu avant alors dégage, grognasse). Et par le truchement de la conséquence, il voue un culte à Fanck Lloyd Wright, et il pouvait pas tenir une seconde de plus dans aller faire un bisou au Guuggenheim Museum. Et c’est malin, mètenant moi aussi je voue un culte à Franck-Chouchou: Le musée est un genre de toboggan géant, on va tout en haut, et ouiiiiiii on descend en spirale en regardant des œuvres d’artistes contemporains sur le chemin. Sauf qu’on doit descendre en marchant et que ça glisse pas et que même pas les vigiles ont voulu nous laisser courir en criant pour descendre = Casse-nouilles qui ont rien compris à l’esprit à Franck-Chouchou.

.

Par contre, moi, en plus d’avoir la chevelure chatoyante de Carrie Bradshaw et ses Louboutin (NOT), j’ai passé 4 ans de ma vie à baver sur Mister Big, et du coup, le culturage de musée, ta va bien 5 minutes. Je pouvais pas tenir une seconde de plus sans aller au restaurant de Central Park où Mister Big tente d’embrasser Carrie qui tente de se dégager et tombe dans le lac  (moi j’avais prévu de pas tomber dans le lac par contre): The Boathouse, où on peu manger des huitres au coin du feu d’une cheminée et regardant le lac et en se faisant des papouilles d’intérieur de bras. Dawling mange pas d’huitres mais ça marche aussi avec un burger au gros cornichon (car ils sont obsédés du gros cornichon de burger dans cette ville), sauf qu’au lieu de te faire tomber du jus d’huitre dans le décolleté tu y fais tomber du ketchup.

20071127

Central Park, où on peut courir et regarder les écureuils espiègles se rouler (nus) (en riant) dans les feuilles couverte de rosée matinale…

.

Et où dans sa quête sans fin de musée, Dawling m’a finalement emmenée au Metropolitan Museum of Art: tu croyais que t’avais tout vu, bin nan, PAF. A Nouillorque ils sont quand même drôlement forts en art contemporain, en fait. Là, il y avait de l’art aborigène, je voulais y passer la nuit.