Les chaussettes dans l’Art, période romantique.

Bon moi, on me dit de commenter un tableau d’Eugène de la croix, bin je FAIS.

Eugène Delacroix, à part qu’il était obsédé sur le plan du poney hippique, était un mec bien, et aussi engagé que Florent Pagny, à part qu’il avait pas de ranch dans la toundra mais que par contre, il aimait bien rendre visite à des tas de cousins Delacroix partout en France, même qu’un jour, il se renda à Baden Baden (ses bains bains, ses festivals festivals internationaux où il y a même pas ravioles ravioles).

Mais sauf que contrairement à Florent Pagny, qui s’engage tout de même dans que des trucs qui servent vraiment à rien, (exemple: le taux d’imposition, les cheveux jaunes), Eugène Delacroix savait s’engager pour de vraies causes. Et notamment, la sauvegarde et la conservation de la chaussette.

Il faut dire qu’en ces temps de progrès industriels suivant les tentatives successives d’éradication de la sandale allemande (qui finalement survivra mais se portera MIT des chaussettes), à laquelle d’ailleurs Eugène avait en son temps contribué par la promotion systématique de la babouche à pompons, la chaussette était l’accessoire de mode indispensable.

Jamais Paris Hilton ou même encore Victoria Beckam ne seraient sorties sans une chaussette de marque; Sarah Jessica Parker avait une styliste de chaussettes, la meilleure de New York, et même que Zinédine Zidane en mettait aussi, même qu’il commençait par mettre la gauche, toujours.

C’est donc tout naturellement qu’Eugène s’attaquit au plus vil ennemi de chaussettes que la France eût jamais porté en ses gros seins : Massachussets, (dont le comportement en milieu naturel a été étudié en détails ici), l’hideux mais néanmoins célèbre monstre mangeur d’une seule chaussette à la fois, PAF.

Ce tableau est ainsi le fer de lance de la campagne lancée par Eugène, pour dire que c’est bon, on l’aura ce ptit tchulé de monstre à chaussettes.

20070207

« SUSSE AU MONSTRE A CHAUSETTES! »

OH PITAIN, il a eu Robert et Maurice, au premier plan, ils gisent avec plus qu’une seule chaussette au pied (Maurice c’est celui avec la chaussette bleue. Robert il a été jusqu’à lui boulotter le godillot, c’est d’une violence inouïe).

Même pas peur. Josiane, montre-lui tes seins pour faire diversion.

Massachussets

massachussettSelon de sérieuses études réalisées par Raph dont vous trouverez les grands axes ici, les stylos seraient des instruments du KGB extraterrestre chinois, afin de nous surveiller rapport que depuis que Loft Story c’est fini, c’est quand même pas facile, ma bonne Dame.

Excuse-moi de te dire mon pauvre, mais cette théorie est totalement dépassée du fondement. La disparition des stylos n’est rien d’autre que le résultat d’une régulation biologique naturelle et sans conservateur ou additifs E112.

Prenons un exemple: le collant est un être délicat, qui, pour se reproduire, à l’instar du saumon (mais sauf que le saumon résille c’est beaucoup moins bon), doit traverser des épreuves éprouvantes sur le plan de l’épreuve. A sa naissance, le collant est emballé dans un carton sournois avec les bords qui piquent, et que quand tu l’arraches, souvent le collant il y laisse sa peau, ou à tout le moins il est défiguré avant même d’avoir vu ta jambe (galbée et interminable). S’il survit, le collant doit alors hardiment affronter la coalition alliée des ongles de mains mit les ongles de pieds en association avec bottes à fermeture éclair qui dépassent et le dessous de ton bureau quand tu croises les jambes (du moins si tu es aussi classe que moi qui croise les jambes MEME quand personne regarde, mais c’est parce que moi je suis superclasse comme fille). On notera la participation remarquée des tiroirs à rangement Ikea en bois fournis avec échardes intégrées, et enfin avec l’électricité statique qui retient le collant à l’intérieur d’un autre article (un pantalon de pyjama par exemple. Oui je mets des bas avec les pantalons de pyjama, quand je vous disais que je suis superclasse comme fille) afin d’amener inexorablement le collant vers la chambre de la mort de la solution finale des collants: la machine à laver, position gros pyjama (alors moi pour les pyjamas, je mets sur coton, à 40°, avec essorage à 1200 tours) (si t’as besoin d’un conseil de lessive, surtout t’hésites pas à me demander).

Du coup, si la nature laissait faire les choses sans interviendre, les collants s’éteindraient peu à peu, ou alors on serait obligé de leur faire voir des films pornos de collants pour les motiver comme les pandas (les pandas regardent des films pornos de pandas, pas de collants). Et là c’est le drame. Plus de collant dit que PAF, prolifération de tas de chaussettes partout, le cauchemar de la chaussette, on serait poursuivis par les chaussettes, moi ce qui m’énerve c’est surtout quand il y en a plein le fond de ma couette.

C’est pourquoi dans son infinie sagessitude, la nature en association avec le WWF et les pandas, a lancé sur le marché le « Massachussetts » (ou Mâche-ta-chaussette) (enfin le mien je l’ai baptisé comme ça parce qu’il vient des States je pense) (si, il a l’accent du Texas), ou le monstre à chaussettes, qui régule la prolifération des chaussettes. Et là, c’est trop bien foutu, Marcel : pour éviter qu’on rachète trop de chaussettes parce que bon quand même, HEIN qu’on va la retrouver ma chaussette orange avec Garfield dessus, HEIN DIS, le monstre à chaussettes mange UNE chaussette à chaque paire. Celle qui survit, il lui reste plus qu’à mourir à petit feu (avec des petits oignons et des lardons), dans le tiroir de l’orphelinat des chaussettes, quand elle est pas victime d’une rafle direction le tiroir à cirage, la fin la plus inhumaine (inchaussette?) pour une chaussette.

Bon par contre là, le Massachussetts, il va se calmer hein, moi je veux bien en abriter un pour des raisons de sombres convictions écolos, mais là, je vous signale que me tape toute une colonie de Massachussetts, (c’est marrant, plus je m’approche de la trentaine, plus j’ai l’impression que tout le monde se reproduit sauf moi), et même que mètenant, ils s’attaquent aussi à mes ensembles Chantal Thomas (que la culotte), à mes draps Calvin Klein (UNE taie d’oreiller), et aux STYLOS (seulement le capuchon pour les stylos à plumes et les feutres qui coulent dans le pli du fauteuil crapaup).

Alors bon Raph, tu peux faire un effort mit des recherches avant de lancer des accusations de KGB steuplé, là ?