Moi aussi, je peux faire des chroniques à Lire même.

Frédéric Beigbéder a dit dans Lire que quand on arrive pas à écrire une note, on fait une liste. et moi je fais TOUJOURS tout qu’est-ce qu’il dit, en fait.

.

  • Frédéric Beigbéder, figure-toi que je te ferais dire qu’il est venu dans MA ville (à Aix), pis dans MA rue de moi que j’habitais (la rue Mistral), dans MA boîte de nuit personnelle,  avec MES videurs copains et tout. Et là, il a bu dans la bouteille de vodka de MON ami de moi que j’ai. Après quand mon ami lui a dit que je voulais l’épouser, il  a répondu « Oh, il y en a tellement ». HAHA, oué, moi aussi quand je suis trop amoureuse, je feins l’indifférence, tu vois.
  • Au festiblog j’ai eu des trop trop beaux cadeaux ORANGE. A moi la gloire, avec cet équipement, c’est O-BI-GE que tout le monde me reconnaisse dans la rue mètenant. Non ? je continue à me promener avec mon gigot dans la main droite et une rose entre les dents alors?  
  • J’ai le regret de t’annoncer le tragique décès de Simone, la fausse dent en résine artificielle de synthèse attire chewing-gum, par avalage après coinçage intempestif dans un Quality Street rose (au fudge, pour les acculturés). Bon et là, c’était super, parce qu’entre Simone et mon moignon de dent du dessous, y avait un reste de tartiflette de février dernier que j’avais perdu. Bon mais par contre, la tartiflette, c’est pas trop comme le cheddar : après 6 mois d’affinage en fut de Simone, c’est pas très très bon.
  • Puisque tu parles de Quality Street, y parait que normalement, quand on est connaisseur, le meilleurs Quality Street c’est le gros rond jaune qui colle aux dents là (Simone surtout, enfin feu Simone), et que celui qui reste toujours c’est le rose avec la crème à la fraise. Moi la crème à la fraise je le mange toujours en premier de peur qu’on me le pique. Je me sens tellement exclue de cette société formatée. Mais j’envisage de monter une agence de mise en relation et d’échange de fonds de boites de Quality street. Je crois que je tiens un business. Si t’as des roses, merci de contacter le blog qui transmettra.
  • Tu sais le moment où tu regrettes que juste avant de partir, t’avais un tout petit peu envie de faire pipi et tu t’es dit oooooooh, bien sûr je tiens jusque le bureau, alors. Le moment où t’es en train d’essayer sa mère la clé dans l’autre raclure de serrure, que bien sûr, l’ampoule dans le couloir a choisi ce moment précis pour être en panne, et que le trou il est trop grand en haut, et trop petit en bas, mais que tu mets 20mn à comprendre que la clé est à l’envers. Et tu sais le moment d’après, comme c’est trop bon d’ENFIN arriver devant la porte des toilettes, après avoir balancé ton ordinateur portable en travers de ton bureau (quoi, tu préfères payer de petites réparations de rien d’ordi ou te faire pipi dessus au bureau ? devant TOUT LE MONDE ? réfléchis bien), que t’es limite toute nue dans le couloir, que tu as perdu toute dignité. Tu crois que t’as le temps de vérifier ? NAN, tu te jettes sur la cuvette sans même regarder, tant pis si y a un mec qui a oublié de rabaisser la lunette, tu te fractureras le bassin et tu chopperas un triple herpès aux champignons, TANT PIS JE TE DIS.

Sauf que non. Aujourd’hui, il a pensé à rabattre la lunette, le mec. Et pendant qu’il y était, il a rabattu le couvercle aussi.

  • Ce soir dans le métro, il y avait une fille qui lisait un magasine avec des gens célèbres dedans, et par-dessus son épaule j’ai vu une photo de Indiana Harrison Jones Et Calista Mc Beal themselves, dans un wagon de Space Mountain. Dis donc Marie, tu te fous de moi?? T’as des infos ou t’as pas des infos en VRAI??

Simone

Avant, quand j’étais riche et célèbre dans le chic milieu parisien d’entre la place de la Madeleine et la rue Saint Honoré, j’avais de délicieuses dents de lion pointues, presque pas jaunes et d’un naturel édifiant, qui donnaient à mon visage un petit rien de démoniaquerie et à mon dentiste une rente équivalente au PIB national du Lesotho Sud (tiens, je me ferais bien un risotto au fait) (avec du parmesan et des cèpes).

Mais tout ça, c’était AVANT le drame.

AVANT que les aphtes du chômage ne s’emparent de mon corps meurtri par le découvert bancaire et ne m’arrachent à ma classitude boudhabarresque pour me ramener, là, oui, LA, à Marseille.

.

Bon et là je sais, il est INTERDIT, Chhhhhhhhhh taisez-vous malheureux, vous allez me faire repérer, mais alors hein, INTERDIT, de dire du mal de notre bonne vieille ville natale, ouh mon Dieu qu’elle est belle et qu’elle sent bon les herbes de Provence, Pagnol la bonne mère toussa, et qu’en plus, il fait BEAU.
– Oui, mais les ù*µ£$¤@^& de trains marchent jamais quand même.
– Oui mais il fait BEAU.
– Oui, mais au fait c’est où que c’est beau toussa parce que quand même entre les poubelles étalées partout, les paraboles, les travaux du tramway, l’odeur des égouts de la criée, les immeubles moches et gris, pas même un magasin Chantal Thomass, juste la foire aux sentons avec les fausses cigales en boîte qui font « cri cri » et les nappes vertes avec des olives dessus, toussa ?
– ‘Tin, IL FAIT BEAU, siteuplé.
– Oui mais en plus je suis payée 2 et je suis obligée de vivre chez mes parents, j’ai pas d’amis, pas d’Internet et Windows 95 sur mon Amstrad 600 de la dernière guerre de sécession ?
– IL FAIT BEAU, AH MAIS.
– Oui mais même au restau ici, si tu bouffes pas du poisson qui pue plein d’arrêtes avec de la piquette rosée de Provence, t’as le choix entre un doigt et un pied?
– Oui, mais AU SOLEIL. T’as trop de la chance d’être là, voilà, PAF.
– Ok, au temps pour moi, je vous en prie.

.

Et voilà. je suis pauvre mètenant, c’est malin, voilà où on en est avec tes conneries. Et quand on est pauvre, on peut plus aller chez le dentiste de la rue Boissy d’Anglas, celui qui est drôle.

Exemple:
– JE VOUS PREVIENS, si vous me faîtes mal, je vous taille le moignon à coup de dents.
– …
– Non, ben là, normalement, c’est le moment où vous me dites, non non t’inquiètes tu sentiras rien, ça fait même pas mal, même.
– Ah ça, je sais pas je me suis jamais fait tailler le moignon, moi.

.

On va chez le dentiste normal, celui qui a même pas une pâtisserie japonaise au coin.

Et à la place du trou de ta dent qui vient de tomber (comprends pas hein, pourtant me lave les dents régulièrement, au moins deux fois par mois, et là juste j’essaie de me couper un bout dans une plaquette de toffees écossais au café et aux amandes, et PAF), on te met pas la dent que nous appellerons Paris Hilton pour faciliter la compréhension de ce post et pour increase mes google requests, la blanche avec des strass qui te fais le sourire de Julien Lepers, ah non, on te met la dent provisoire en fausse résine synthétique de synthèse artificielle, que si ça se trouve elle est même pas naturelle en plus, appelons-là Simone, mais rien à voir avec Simone de Beauvoir, à part qu’on la surnommait Castor.

Simone, c’est vachement bien foutu, ce truc. Parce que si Simone était trop bieng, jamais tu reviendrais chercher Paris Hilton, qui coûte un peu une tonne. Donc Simone, pour rester provisoire, elle a pleins d’options rigolotes.

  • Elle est un peu longue, sur le plan de la longueur, ce qui fait que c’est bien, t’arrêtes pas de te coincer des bouts de peau d’intérieur de bouche quand tu mords dans la viande avec entrain.
  • Elle est un peu pas trop large que le plan de la largeur, ce qui fait que c’est bien, ça te fait des réserves de bouffe en cas de ticket de rationnement de guerre. Par exemple hier, j’ai mangé de la rouille aux croûtons et à l’ail (non mais j’avais le choix entre soupe de poisson et bouillabaisse du coup), c’était sympa, j’en ai bouffé tout l’aprèm. Heureusement que j’ai pas d’amis sinon j’en aurais même plus.
  •  Elle est poreuse sur le plan de la porositude, ce qui fait qu’au bout d’un moment (48 heures), t’as un peu une râpe à fromage suisse dans la bouche, ça pique un peu. Pis dans les trous de pores, je veux MEME PAS savoir qui a élu domicile.
  • Elle clignote sous la lumière violette. Alors beh 1) C’est embêtant, car le sperme aussi clignote sous la lumière violette, je pourrais être victime d’accusations pour le moins mensongères. 2) Merci, super pratique pour emballer en boîte quand ils passent Gilbert Montagné.
  • Elle a un don particulier que tiens, j’aurais jamais cru : elle attire le chewing-gum. Peut-être la résine et le chewing-gum ont un ancêtre commun et ils essaient de se reproduire ensembles, je sais pas. Rapport à la porosité qui fait que la hyène au réveil, à côté de moi, elle a l’haleine plutôt fraîche et dispose, j’aurais bien voulu, moi, mâcher un truc à la menthe. Ben chaque fois que j’ai essayé, tout le chewing-gum s’est regroupé pour recouvrir Simone, façon, Simone a triplé de volume et elle est verte, et pis alors, im-pos-sible de s’en débarrasser. Faut y aller au scalpel. Trop sexy les doigts dans la bouche pour enlever les 34 morceaux de lambeaux de chewing-gum que NON, ils veulent paaaaaaaaaas lâcher Simone, parce qu’ils l’aiiiiiiiiiiiiiiment.

.

Or Simone et moi, rapport que Paris Hilton, ma pauvre Geneviève, c’est pas demain que je peux la payer là, va falloir qu’on continue de cohabiter un moment. Tout de même, si c’est pas malheureux hein.

.
– Oui, mais t’as de la chance, il fait beau.
– TA GUEULE.